<html>
  <head>
    <meta http-equiv="content-type" content="text/html;
      charset=windows-1252">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><b>NDE<br>
      <br>
      <br>
      APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
    </b><br>
    <b>La phraséologie française : débats théoriques et dimensions
      appliquées (didactique, traduction et traitement informatique)</b><b><br>
    </b><b>Colloque International organisé par le centre de recherche
      GRAMMATICA (EA 4521) de l’Université d’Artois le 21 et 22
      septembre 2017</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 30 mars 2017</b></i><br>
    <br>
    L’état actuel de la recherche dans le domaine de la phraséologie se
    caractérise par un grand foisonnement terminologique, un intense
    débat théorique et des applications diversifiées.<br>
    <br>
    Si l’on considère que le foisonnement terminologique dans une
    discipline est le reflet d’une dynamique interne, on peut considérer
    la question terminologique comme un excellent observatoire par
    lequel on peut accéder aux différents questionnements que la
    communauté des chercheurs soulève à propos de l’objet de la
    phraséologie, des contours qu’elle pourrait avoir, des approches
    qu’elle connaît, des outils méthodologiques qu’on lui applique et de
    l’impact que tout cela peut avoir sur les sciences du langage d’une
    manière générale. Trois points essentiels pourraient orienter la
    discussion dans ce domaine :<br>
    -       Quels sont les principes linguistiques généraux à l’œuvre
    dans la création phraséologique ?<br>
    -       En quoi les analyses portant sur le fait phraséologique
    auraient-elles un impact sur les descriptions actuelles de la
    combinatoire libre ?<br>
    -       Quelle part la phraséologie pourrait-elle avoir dans la
    description des langues ?<br>
    <br>
    <b>Langues du colloque :</b><br>
    Les communications se feront en français.<br>
    <br>
    <b>Échéancier :</b><br>
    Envoi des propositions au format word (en français une page maximum)
    avant le 30 mars 2017 à cette adresse 
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:phraseologie.francaise.2017@gmail.com">phraseologie.francaise.2017@gmail.com</a> et selon les règles suivantes
    :<br>
    - NOM, prénom, université et laboratoire de rattachement, adresse
    mél, en caractères gras (police Times New Roman 14) en haut à
    gauche.<br>
     - Résumé entre 1500 et 2000 signes (espaces compris), en Times New
    Roman 12, interligne 1,5, sans caractère gras, paragraphe justifiés
    avec un titre en caractère gras, centré. Le résumé comportera la
    présentation d’une problématique, un ancrage théorique et une courte
    bibliographie.<br>
    Réponses du comité scientifique envoyées par mél à partir du 15
    avril.<br>
    <br>
    <b>Site du colloque</b> :<a class="moz-txt-link-freetext" href="https://phraseofran2017.sciencesconf.org">https://phraseofran2017.sciencesconf.org</a><br>
    <br>
    <br>
    <b> <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
        FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><b>NDE</b><br>
      <br>
      <br>
    </b><b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>L’Afrique en circulation </b><b><br>
    </b><b>Possibilités, contraintes et ouvertures</b><b><br>
    </b><b>Université de Toronto, 6-7 octobre 2017</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 1er avril 2017</b></i><br>
    <br>
    « Les relations culturelles et les enjeux identitaires s’installent
    – durablement – au premier plan des relations internationales, et
    c’est une opportunité nouvelle de dialogue et de compréhension
    réciproque. » <br>
    (Irina Bokova, actuelle directrice de l’UNESCO, 2012 dans le cadre
    d’un rapport sur le trafic des biens culturels)<br>
    <br>
    Énoncé en 2012 dans un rapport consacré au trafic de biens culturels
    et à sa prolifération, ce constat d’Irina Bokova à propos de
    l’accroissement actuel de la circulation des biens, des personnes et
    des cultures demeure un lieu commun du discours généralement tenu à
    propos de la mondialisation. À en croire ce discours, grâce à
    l’avancée technologique et aux nouveaux modes de transport et de
    communication, les biens tangibles et intangibles circuleraient de
    manière ouverte — ne parle-t-on pas d’ailleurs de libre circulation?
    — au sein d’un marché globalisé que l’on décrit comme étant de plus
    en plus diversifié.  <br>
    <br>
    « Globalisation », « mondialisation », « industrie culturelle
    mondiale » ou « postcoloniale », « littérature-monde » sont ainsi
    devenus depuis les années 1990 des termes récurrents de la critique
    littéraire contemporaine. C’est sans doute la manière que celle-ci a
    trouvée de rendre justice à l’impact observable de la mobilité
    accrue des idées, biens et populations sur les pratiques culturelles
    et artistiques contemporaines. À titre d’exemple, n’est-ce pas sous
    l’étiquette « cosmopolite », voire « cosmopolitique », que les
    jeunes francophonistes en France s’intéressent à l’Afrique? <br>
    <br>
    Toutefois, un autre constat, tout aussi plausible que celui relatif
    à une intensification des échanges et de la circulation à l’échelle
    du monde, s’impose : c’est celui qui force même le défenseur le plus
    acharné de la mondialisation à avouer que le mouvement global n’est
    pas aussi généralisé que cela, et qu’il se fait suivant des critères
    politiques, économiques et culturels qui sont autant de conditions
    grâce auxquelles une grande partie de la population du globe est
    tenue à la marge. <br>
    Certes, on ne pourrait guère ignorer que notre époque d’extrême
    mobilité — mobilité des personnes, mobilité de l’information,
    mobilité des idées, des récits, des chercheurs et de nouveaux
    concepts — a donné lieu à de nouvelles configurations dont les
    effets sont notamment observables dans les différents modes de
    production, de réception et de circulation des biens culturels
    contemporains. Mais bien que les termes de « cosmopolitisme »,
    « globalisation », « mondialisation » et « littérature-monde » ou
    « mondiale » soient entrés dans le vocabulaire courant de la
    critique notamment littéraire, les productions culturelles des
    espaces dits périphériques continuent généralement d’être pensées en
    fonction des paradigmes de la (post)colonie telle que décrite, entre
    autres, par Homi Bhabha, Edward Saïd, Gayatri Spivak et d’autres
    tenants des études postcoloniales. L’Afrique demeurant ainsi le
    produit d’une relation entre l’Occident et son Autre au sein d’un
    marché institutionnel et commercial dont le fonctionnement se pense
    désormais de manière globale. <br>
    <br>
    Ce sont les contrastes d’une mobilité relativement répandue, mais
    d’une marginalisation qui lui est concomitante que le colloque
    « L’Afrique en circulation » cherche à dépasser, afin de mieux
    déterminer les rapports du continent avec d’autres marchés ou au
    sein d’autres configurations, en-deçà ou par-delà du paradigme
    postcolonial. Les mobilités géographiques anciennes ou
    contemporaines en Afrique et depuis l’Afrique ont dessiné un modèle
    de circulation (migrations transafricaines) et de dissémination
    diasporiques (les Afriques) contrevenant aux logiques territoriales.
    Ce modèle traduit un être-au-monde propre à se reformuler en projet
    cosmopolitique ayant, à plusieurs égards, précédé l’avènement du
    (post)colonial. Ouvert à l’interdisciplinarité et au dialogue entre
    sciences humaines et sociales, et études littéraires,
    cinématographiques et artistiques, le colloque se propose
    d’envisager comment les pratiques et les représentations des
    mobilités ayant l’Afrique comme objet offrent de penser les manières
    dont elle est mise en circulation en son sein, à l’échelle du monde
    et dans la diversité des pratiques culturelles et des perceptions
    théoriques. En portant une attention particulière à l’énonciation
    des mobilités et des phénomènes migratoires, il s’agira, d’un côté,
    d’interroger le modèle transnational et celui de l’hybridation comme
    cadre d’intellection des biens culturels africains. De l’autre, ce
    colloque sera l’occasion d’étudier la production de modèles
    alternatifs de représentations, mais aussi de pratiques et de
    négociations de la frontière et des espaces fluides.<br>
    <br>
    Le but ultime de ces réflexions sera de répondre à la question
    suivante : ce qu’on nomme mondialisation peut-il donner naissance à
    un monde, ou à son contraire? Il sera alors concrètement question
    non seulement d’évaluer la pertinence de la « redécouverte de
    l’ordinaire » (lorsqu’elle existe) dans les littératures africaines
    comme contrepoint à un discours-monde devenu quasi normatif, mais
    aussi, et surtout de repenser les littératures et arts d’Afrique
    dans leur rapport à la mondialisation d’une part, et la création du
    monde d’autre part, pour reprendre la nuance de Jean-Luc Nancy dans
    la création du monde ou la mondialisation (2002).<br>
    <br>
    Parmi les pistes possibles d’intervention portant sur la
    littérature, le cinéma et les arts, on peut énumérer :<br>
    •    Littérature-monde et économie du prestige<br>
    •    Enjeux de manifestes littéraires<br>
    •    Écritures africaines et paramètres de popularité des écrivains<br>
    •    Théories des circulations culturelles<br>
    •    L’Afrique dans les littératures et cinémas contemporains<br>
    •    La « littérature-monde » : grandeurs et misères d’une
    « théorie »<br>
    •    Réception des littératures, cinémas et arts d’Afrique : études
    de cas<br>
    •    « Écrire, peindre ou filmer l’Afrique » : une « exigence »
    exclusive ou exclusivement « africaine »?<br>
    •    Littératures, cultures et cinémas africains à la rencontre des
    mondes contemporains : dynamiques et défis<br>
    •    Enjeux théoriques et politiques des productions diasporiques ou
    transnationales<br>
    •    « Hors de l’Occident point de salut? » : autres réseaux, autres
    figures et modes de figuration   <br>
    <br>
    Au programme de l’événement sont prévues diverses activités de
    réflexion, en plus des nombreuses conférences, qui prendront la
    forme d’ateliers et de communications classiques de vingt minutes.
    Les chercheurs souhaitant prendre part au colloque sont priés
    d’envoyer leurs propositions de communication par courriel aux
    organisateurs avant le 1er avril 2017. Les propositions devront
    contenir les renseignements suivants : le titre de la présentation,
    un résumé d’environ 250 mots, la langue de présentation (anglais ou
    français), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique de quelques
    lignes. <br>
    <br>
    <b>Dates importantes :</b><br>
    1er avril 2017 : Date limite de réception des propositions de
    communication<br>
    Les propositions de communication d’environ 250 mots doivent être
    envoyées par courriel au plus tard le 1er avril 2017 aux
    responsables du colloque, à l’adresse suivante :
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:conference.circulations@gmail.com">conference.circulations@gmail.com</a><br>
    1er mai 2017 : Avis du comité scientifique. Ceux et celles qui
    souhaiteraient avoir cet avis plus tôt afin d’entamer les démarches
    pour l’obtention du visa pour le Canada devraient le spécifier en
    envoyant leurs propositions. Le comité procèderait
    exceptionnellement à l’étude de leur projet de communication.<br>
    6 et 7 octobre 2017 : Tenue du colloque à l’Université de Toronto<br>
    <br>
    Plus de détails parviendront aux participants concernant une
    éventuelle publication. La conférence est gratuite et ouverte au
    public. Du café et des sandwiches seront également servis. Les frais
    de transport et de séjour ne pourront malheureusement pas être pris
    en charge. <br>
    <br>
    <b>Organisateurs :</b><br>
    Marie-Pierre Bouchard, Ph.D., chercheuse postdoctorale, Département
    d’études françaises, Université de Toronto :
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:conference.circulations@gmail.com">conference.circulations@gmail.com</a><br>
    Alexie Tcheuyap, professeur titulaire, Département d’études
    françaises, Université de Toronto :
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:conference.circulations@gmail.com">conference.circulations@gmail.com</a><br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><b>NDE</b><b><br>
      <br>
      Site: <a class="moz-txt-link-freetext"
        href="http://framonde.auf.org/">http://framonde.auf.org/</a></b><span
      style="font-size: 10pt; font-family:
      "Verdana","sans-serif";"></span>
  </body>
</html>