<html>
  <head>
    <meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=UTF-8">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE<br>
      <br>
    </b><b><br>
    </b><b>APPEL À CONTRIBUTIONS</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Neuvième numéro de mot dit</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 24 février 2017</b></i><br>
    <br>
    Pour toute soumission de texte, prière de consulter le protocole de
    rédaction de la revue
    (<a class="moz-txt-link-freetext" href="https://www.facebook.com/la.revue.motdit/notes/">https://www.facebook.com/la.revue.motdit/notes/</a>). S’il vous plaît
    accompagnez votre texte d’une courte biographie (maximum 50 mots).<br>
    <br>
    Thème libre : Envoyer un texte sur le thème de votre choix.<br>
    <br>
    Dossier thématique : Contribuer au dossier de ce 9ième numéro, qui
    s’établira autour du thème Liens fragmentaires : <br>
    <br>
    Ce qui nous intéresse ici, c’est l’idée qu’un même mot pourrait
    évoquer les connexions qu’on cherche à tisser et à cultiver, ainsi
    que celles qui menottent, qui tourmentent et desquelles on cherche à
    se libérer; que les intimités les plus désirées sont souvent les
    plus chimériques, ou que les rencontres les plus fortuites peuvent
    créer les relations les plus transcendantes.<br>
    <br>
    Nous nous intéressons, également, à l’esthétique dite fragmentaire :
    les réflexions et énoncés fracturés, partiels, inachevés. En quoi
    peut-on découvrir le complet dans l’incomplet, l’achevé dans
    l’inachevé ?<br>
    <br>
    Veuillez nous envoyer votre poésie, vos textes en prose, vos essais
    et vos comptes rendus, vos pièces de théâtre (ou des extraits),
    ainsi que vos photographies ou autres projets de création à
    l’adresse électronique : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:la.revue.motdit@gmail.com">la.revue.motdit@gmail.com</a> avant<br>
    le vendredi 24 février 2017.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>Appel à manifestation d’intérêt</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Le MOOC pour (se) former à distance en didactique des
      langues. </b><b><br>
    </b><b>Méthodologies – pratiques de formation – construction de
      compétences</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 24 février 2017</b></i><br>
    <br>
    L’essor de la formation à distance et son appui important sur les
    TICE depuis quelques années sont de nature à renouveler les
    réflexions dans le domaine de la didactique des langues (Cisel,
    2013). Il ne s’agit plus en effet de chercher, en formation à
    distance, à reproduire les conditions d’une formation en présentiel
    considérée comme un modèle idéal, mais bien plutôt de développer
    dans les dispositifs à distance des modalités spécifiques de
    formation prenant appui sur les caractéristiques des publics et des
    dispositifs, ainsi que de profiter des plus-values de la
    « communauté de pratiques » (Wenger, 1998) qui se (re)crée à
    distance.<br>
    <br>
    Par l’effet de masse qu’ils génèrent, les MOOC (Massive Open Online
    Course) ou, en français, CLOM (Cours en Ligne Ouverts et Massifs)
    offrent ainsi une entrée particulièrement intéressante en didactique
    des langues, que ce soit en complément de formation initiale ou en
    formation continue d’enseignants. Ils présentent en effet de
    multiples avantages : accessibles au plus grand nombre, y compris à
    des enseignants isolés géographiquement ou institutionnellement, ils
    offrent non seulement la possibilité à ces enseignants de suivre
    l’évolution des méthodologies didactiques et de développer des
    pratiques innovantes ou mieux adaptées à leur public, mais également
    de réfléchir à leurs propres pratiques en les confrontant à celles
    de leurs homologues travaillant dans des contextes divers.<br>
    <br>
    Ces atouts ne peuvent cependant pas compenser le flou qui entoure à
    ce jour le développement des MOOC (Mangenot, 2014). Leur mise en
    œuvre entraîne en effet l’émergence d’un certain nombre de
    problématiques auxquelles la recherche se doit d’apporter des
    éclairages. <br>
    Une première problématique concerne la qualité des dispositifs
    proposés au public. Comment concilier quantité et qualité dans des
    dispositifs visant généralement plusieurs milliers d’utilisateurs ?
    Comment adapter les dispositifs aux besoins de publics
    nécessairement hétérogènes ? Quelle place peut-on accorder aux
    interactions et à la co-construction des compétences des
    utilisateurs ? <br>
    <br>
    L’évaluation des compétences développées entraîne également un
    certain nombre de questionnements. Quels feedbacks apporter aux
    utilisateurs dans le cadre d’une évaluation formative ? Le MOOC
    permet-il réellement d’évaluer des compétences ? Le MOOC, de par son
    aspect « massif » ne permet pas une évaluation centralisée par les
    concepteurs ou tuteurs mais demande au contraire de redistribuer
    l’évaluation, en donnant la parole aux pairs. Ceci implique une
    prise de conscience des participants et l’acceptation de chacun que
    c’est par la co-construction que les contenus pourront être
    assimilés. Comment cela peut-il se refléter dans la scénarisation
    des activités du MOOC ou dans les choix d’ergonomie didactique ?
    (Potolia et al., 2011)<br>
    <br>
    Enfin, ces différents questionnements amènent à interroger les
    outils disponibles pour les concepteurs et les utilisateurs des
    MOOC. Il semble clair que le potentiel de formation des MOOC est
    encore largement sous-exploité à ce jour, notamment lorsque les
    dispositifs s’appuient en grande partie sur des interventions
    magistrales filmées. Forums, wikis, chats, sont autant d’espaces de
    prise de parole qui permettent non seulement de compenser
    l’éloignement mais aussi de développer des pratiques spécifiques
    avec entre autres la place à des travaux collaboratifs. Quelles
    exploitations innovantes peut-on faire de ces outils ? Quelles en
    sont les limites ? Observe-t-on l’émergence de besoins spécifiques
    par rapport à ces outils ?<br>
    En partenariat avec l’AUF et l’OIF, l’université de Lille SHS
    organise les 3 et 4 avril 2017  un atelier de réflexion visant à
    préparer le lancement de projets de recherche s’inscrivant dans la
    thématique de l’exploitation des MOOC pour la formation en
    didactique des langues. Les conclusions de l’atelier serviront de
    point de départ à un appel à projets lancé dans les semaines qui
    suivront.<br>
    <br>
    Les chercheurs intéressés sont appelés à envoyer une proposition de
    communication ou de table ronde susceptible de faire progresser les
    réflexions menées durant l’atelier. <br>
    <br>
    Les propositions (une page maximum) sont à envoyer par mail au plus
    tard le 24 février 2017 à l’adresse suivante : <br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:sophie.babault@univ-lille3.fr">sophie.babault@univ-lille3.fr</a><br>
    <br>
    <b>Références bibliographiques</b><br>
    Cisel, M. (2013). Mooc et enseignement des langues, des pistes à
    explorer.
<a class="moz-txt-link-freetext" href="http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2013/08/24/mooc-et-enseignement-des-langues-des-pistes-a-explorer/">http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2013/08/24/mooc-et-enseignement-des-langues-des-pistes-a-explorer/</a>
    Consulté le 3-1-17.<br>
    Mangenot, F. (2014). MOOC : hypothèses sur l’engouement pour un
    objet mal identifié. Distances et médiations des savoirs, n°7.
    Revue en ligne : <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://dms.revues.org/845">http://dms.revues.org/845</a>. Consulté le 3-1-17.<br>
    Potolia, A. , Loiseau, M. , Zourou, K. (2011). Quelles(s)
    pédagogie(s) voi(en)t le jour dans les (grandes) communautés Web 2.0
    d’apprenants de langues? In C. Dejean, F. Mangenot & T. Soubrié
    (dir.), Actes du colloque Echanger pour apprendre en ligne 2011,
    consulté le 3-1-17 à l’adresse <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://epal.u-grenoble3.fr/actes/">http://epal.u-grenoble3.fr/actes/</a><br>
    Wenger, E. (1998). Communities of practice. Learning, meaning and
    identity.  Cambridge : Cambridge University Press.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
    <br>
    <b><br>
    </b><b>Appel à présentations pour sessions affichées</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>mETA : MODALITÉ, ÉVIDENTIALITÉ, TEMPORALITÉ, ASPECTUALITÉ ET
      AUTRES GOURMANDISES LINGUISTIQUES</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Colloque international organisé par l’ACLIF (Association des
      Chercheurs en Linguistique Française) et l’Université « Ovidius »
      de Constanṭa (Roumanie)</b><b><br>
    </b><b>Lieu : Université « Ovidius » de Constanṭa (Roumanie)</b><b><br>
    </b><b>Date de l’événement : 29-30 mai 2017</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 28 février 2017</b></i><br>
    <br>
    Le colloque international organisé cette année par l’ACLIF vise à
    approfondir l’étude multifactorielle des catégories de la modalité,
    de l’évidentialité (ou : médiation), de la temporalité et de
    l’aspectualité, au travers de leurs réalisateurs en français et/ou
    dans d’autres langues (approches comparatives ou contrastives),
    ainsi que l’étude de leurs rapports mutuels, en perspective
    synchronique et/ou diachronique. <br>
    L’ACLIF proposera également, lors de cette manifestation, aux
    doctorants et aux jeunes chercheurs ayant déjà soutenu leur thèse,
    de Roumanie et des pays de la région, deux sessions affichées –
    ouvertes pendant les pauses (30 minutes x 2) respectivement le
    premier et le deuxième jour du colloque. Axes de recherche suggérés
    (liste non fermée) :<br>
    <br>
    -    Réalisateurs (lexicaux, grammaticaux) d’une certaine catégorie
    M/E/T/A en français ou en français et dans une autre langue
    (contrastivité)<br>
    -    Relations entre catégories mETA et polysémie de marqueurs
    (lexicaux ou grammaticaux)<br>
    -    mETA et traduction (littéraire ou spécialisée)<br>
    -    mETA et enseignement du français (cursus FLE, cursus LANSAD)<br>
    <br>
    <b>Modalités de soumission</b><br>
    Les propositions (en français) comprendront :<br>
    -   un titre,<br>
    -   un résumé qui tiendra sur deux pages (références comprises)
    présentant la problématique, le cadre méthodologique, le corpus
    analysé, les principaux résultats escomptés.<br>
    Les propositions seront envoyées, en fichier attaché pdf ou word,
    avant le 28 février 2017, à l'une des adresses suivantes : <br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:ancamarinavelicu@gmail.com">ancamarinavelicu@gmail.com</a><br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:moline.estelle@wanadoo.fr">moline.estelle@wanadoo.fr</a> <br>
    <br>
    Seulement 4 propositions seront retenues (à hauteur de 2
    propositions par session). Si votre proposition est retenue, il vous
    faudra prévoir une affiche sur support physique conforme aux
    spécifications suivantes : <br>
    <br>
    Format des affiches : A0 (841mm x 1189 mm), format portrait, à
    en-tête et deux à trois colonnes.<br>
    L’en-tête précisera l’intitulé de la contribution, l’auteur, son
    (ses) affiliation(s), ville et pays de résidence.<br>
    L’affiche comportera <br>
    •    une brève description du problème abordé ;<br>
    •    l’état des lieux (principaux repères seulement ; éventuellement
    réduit à la seule spécification du cadre théorique ou/et d’un ou
    deux travaux précurseurs) ;<br>
    •    les objectifs de votre recherche ;<br>
    •    la méthodologie adoptée (préciser, le cas échéant, l’archive
    textuelle exploitée) ;<br>
    •    les résultats escomptés ;<br>
    •    l’état actuel de votre recherche en cours et les résultats déjà
    obtenus ;<br>
    •    des conclusions (éléments qui feront l’objet de futures
    recherches, , …).<br>
    <br>
    Vous devrez accompagner l’affiche pendant toute la période
    d’exposition virtuellement interactive (pendant les pauses donc). <br>
    Afin de pouvoir, si requis par le public, illustrer ou détailler tel
    ou tel point de votre recherche, vous êtes vivement encouragés à
    prévoir également un portable (bien chargé, au cas où il n’y aurait
    pas de prise de courant à proximité de l’aire d’exposition allouée).<br>
    <br>
    Les affiches devront être installées au moins un quart d’heure avant
    le début de la séance plénière du Colloque (soit à 8h45), le jour et
    à l’endroit indiqué par les organisateurs. Vous retrouverez
    l’identifiant de votre contribution sur l’un des panneaux en place.
    <br>
    Récupérer l’affiche à la fin de la période d’exposition prévue est à
    votre charge.<br>
    <br>
    Votre présentation affichée donnera lieu à la publication d’un
    article bref dans le volume d’actes du colloque (5 pages, références
    comprises, consignes de rédaction à venir).<br>
    <br>
    <b>Comité scientifique</b> : Sonia Berbinski (Université de
    Bucarest, Roumanie), Laura Cîṭu – Université de Piteşti, Mioara
    Codleanu (Université « Ovidius » de Constanṭa, Roumanie), Dan Dobre
    (Université de Bucarest, Roumanie), Catherine Fuchs (CNRS/ENS,
    France), Pierre Le Goffic (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3,
    France), Estelle Moline (Université de Caën – Normandie, France),
    Carl Vetters (Université du Littoral – Côte d’Opale, France)<br>
    <br>
    <b>Comité d’organisation</b> : Elena Comeş (Université « Ovidius »
    de Constanṭa, Roumanie), Estelle Moline (Université de Caën –
    Normandie, France), Sandina Vasile (Université « Ovidius » de
    Constanṭa, Roumanie), Anca-Marina Velicu (Université de Bucarest,
    Roumanie), Carl Vetters (Université du Littoral – Côte d’Opale,
    France), Crina Voinea (Université « Ovidius » de Constanṭa,
    Roumanie), Marinela Vrămuleṭ (Université « Ovidius » de Constanṭa,
    Roumanie)<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
    </b><b> </b><b><br>
    </b><b>Colloque international</b><b><br>
    </b><b>Autour du passif en italien et dans d'autres langues / </b><i><b>Intorno
        al passivo in italiano e in altre lingue</b></i><b><br>
    </b><b>Duino-Aurisina (Province de Trieste-Italie)</b><b><br>
    </b><b>29 et 30 juin 2017</b><br>
    <br>
    <b>avec le soutien</b><br>
    de l’Université Paris Sorbonne<br>
    de la Cellule de Recherche en Linguistique<br>
    de l’Université de Udine<br>
    et du Collegio del Mondo Unito dell’Adriatico O.N.L.U.S.<br>
    <br>
    <b>Comité d’organisation</b><br>
    Cristina CASTELLANI, Université de Besançon<br>
    Amr Helmy IBRAHIM, Université de Franche-Comté & Université
    Paris-Sorbonne<br>
    Sonia GEROLIMICH, Université de Udine<br>
    Claire MARTINOT, Université Paris-Sorbonne<br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="http://www.cereli.fr/evenements">www.cereli.fr/evenements</a><br>
    <br>
    <b><i>Date limite: 5 mars 2017</i></b><br>
    <br>
    Le colloque « Autour du passif en italien et dans d'autres langues »
    entend relancer la question du passif abordée à l’occasion du
    Colloque international organisé sur le même sujet à Copenhague, en
    1998[1]. Ici aussi toutes les langues y seront les bienvenues.<br>
    <br>
    Le colloque s'attachera à identifier les facteurs de complexité dans
    la construction du passif en général et plus particulièrement en
    italien, en privilégiant comme point de départ l’analyse contrastive
    de l’italien et du français, notamment en ce qui concerne
    l'auxiliation. Là où le français ne présente pratiquement que la
    forme périphrastique en être + participe passé (pp), l’italien, lui,
    dispose de plusieurs auxiliaires : en plus de la forme canonique
    être + participe passé (pp), on peut aussi trouver les verbes
    venire, andare, finire, restare, rimanere, risultare, stare,
    sentirsi, trovarsi, ritenersi et vedersi. À quoi s’ajoute le si
    passivante, souvent confondu avec le si impersonnel.<br>
    <br>
    Le passif italien a déjà fait l’objet de nombreuses études en Italie
    et en France, dans le passé, mais de façon parcellaire et restreinte
    à des cas particuliers. Le sujet mérite donc d’être reconsidéré dans
    une vision globale en liaison avec les phénomènes observés dans
    d'autres langues, qu'elles soient proches - les langues romanes ou
    même plus largement les langues de la famille indoeuropéenne - ou
    appartiennent à des familles plus éloignées.<br>
    Notre intérêt pour le passif est né du fait que son apprentissage et
    la maîtrise de son usage posent des problèmes récurrents à tous les
    niveaux mais que les manuels tout comme les grammaires ne viennent
    guère en aide aux enseignants et aux apprenants au-delà des phases
    élémentaires de l'apprentissage.<br>
    <br>
    Nous privilégierons les approches contrastives incluant l'italien
    mais toutes les propositions attirant l'attention sur des
    phénomènes, qui, dans une langue ou un groupe de langues,
    remettraient en question ou enrichiraient les approches
    traditionnelles du passif en français ou en italien, seront les
    bienvenues, quel que soit le cadre théorique dans lequel elles
    s'inscrivent.<br>
    Les langues du colloque sont le français et l’italien.<br>
     <br>
    <b>Bibliographie indicative</b><br>
    BAZZANELLA, Carla,<br>
    1988, Comprensione del passivo e delle frasi scisse in età scolare:
    tra sintassi e pragmatica, in : T. De Mauro, S. Gensini, M.E.
    Piemontese (éds.), Dalla parte del ricevente: percezione,
    comprensione, interpretazione, Atti del XIX Congresso internazionale
    di studi della SLI, Roma:, pp. 315-326;<br>
    1990, Il passivo: vario e polifunzionale, Italiano e oltre V/3, pp.
    121-124 ;<br>
    1991°, Il passivo personale con e senza cancellazione d’agente:
    verso un approccio multidimensionale, in : L. Giannelli, N.
    Maraschio, T. Poggi Salani, M. Vedovell (éds.), Tra Rinascimento e
    strutture attuali. Saggi di Linguistica italiana, Atti del primo
    convegno della SILFI (Siena 28-31 marzo 1989), vol. I, Torino, pp.
    373-385 ;<br>
    1995, Usi del passivo a confronto, in : P. Desideri (éd.),
    L’universo delle lingue. Confrontare lingue e grammatiche nella
    scuola, Firenze, pp. 251-261 ;<br>
    BERTINETTO, Pier Marco, 1986, Tempo, aspetto et azione nel verbo
    italiano, Firenze : La Crusca;<br>
    BERTUCCELLI PAPI, Marcella, 1980, Studi sulla diatesi passiva in
    testi italiani antichi, Pisa, Pacini ;<br>
    GAATONE, David, 1998, Le passif en français, Paris-Bruxelles :
    Duculot ;<br>
    GEROLIMICH, Sonia, 2013, Apprenants italophones aux prises avec le
    système de la détermination, de la passivation, et de l’ordre des
    mots du français. Est-ce un problème de complexité ?, Travaux de
    linguistique, 2013/1 (n°66), pp. 135-162 ;<br>
    GIACALONE-RAMAT, Anna, 2000, On Some Grammaticalization Patterns for
    Auxiliaries, in John Charles Smith & Delia Bentley (éds.),
    Historical Linguistics, August 1995, Manchester : John Benjamins
    Publishing ;<br>
    GROSS, Gaston, 1993, Les passifs nominaux, Langages 109, Sur le
    passif (Gaston Gross éd.), Paris : Larousse, 103-126.  [Ce numéro
    comporte des articles de Maurice Gross, Christian Leclère, David
    Gaatone, Béatrice Lamiroy, Jean-Pierre Desclés et Zlatka Guentcheva
    et Yannick Mathieu]<br>
    GROSS, Maurice,<br>
    1996. Les verbes supports d'adjectifs et le passif, Langages 121,
    Les supports (Amr Helmy Ibrahim éd.), Paris : Larousse, 8-18 ;<br>
    2000, Sur quelques extensions possibles de l’appellation passif, in
    Lene Schøsler (éd.), Le passif. Actes du colloque international,
    Institut d'Etudes Romanes, Université de Copenhague, du 5 au 7 mars
    1998, Etudes Romanes 45, København : Museum Tusculanum Press, 23-37
    ;<br>
    IBRAHIM, Amr, Helmy, 2015, L’analyse matricielle définitoire : un
    modèle pour la description et la comparaison des langues, Paris,
    CRL, 544p.<br>
    LA FAUCI, Nunzio,<br>
    1985a, Passivi, in Riccardo Ambrosini (éd.), Tra linguistica storica
    e linguistica generale. Scritti in onore di T. Bolelli, Pacini :
    Pisa, 137-164 ;<br>
    1985b, Passivo e intransitivi, in Annalisa Franchi de Bellis &
    Leonardo M. Savoia (éds.), Sintassi e morfologia della lingua
    italiana d'uso. Teorie e applicazioni descrittive. Atti del XVII
    Congresso Internazionale di Studi della Società di Linguistica
    Italiana, Urbino, 11-13 settembre 1983, Bulzoni : Roma, 327-343 ;<br>
    2000, Modularità della diatesi. Convergenze e divergenze
    grammaticali nel passivo, in Fabiana Fusco, Vincenzo Orioles e Alice
    Parmeggiani (éds), Processi di convergenza e differenziazione nelle
    lingue dell'Europa medievale e moderna, Udine : Forum, 73-97 ;<br>
    MULLER, Claude, 2002, Le passif en français et Passif verbal et
    diathèse passive dans d'autres langues, Chapitres 6 et 7 de son
    livre Les bases de la syntaxe, Bordeaux : Presses universitaires de
    Bordeaux, 223-264 ;<br>
    SANSÒ, Andrea 2003, Degrees of event elaboration. Passive
    constructions in Italian and Spanish, Milano : Franco Angeli ;<br>
    SQUARTINI, Mario,<br>
    1999, Voice clashing with aspect: the case of Italian passives,
    Rivista di linguistica 11, Torino: Pacini, 341-365<br>
    2003, La grammaticalizzazione di “venire + participio” in italiano:
    anticausativo o risultativo, (Claus D. Pusch & Andreas Wesch,
    éds.) Verbalperiphrasen in den (ibero-) romanischen Sprachen, 23-24,
    Hamburg: Helmut Buske Verlag ;<br>
    VIALE, Matteo, 2010, La diatesi passiva nella storia dell’italiano.
    Analisi di testi scientifici e narrativi tra Seicento e Ottocento,
    Padova : CLEUP.<br>
     <br>
    <b>Comité scientifique (en cours de constitution)</b><br>
    ANNIBALE, Elia, Université de Salerne (Italie)<br>
    DE GIOIA, Michele, Université de Padoue (Italie)<br>
    DO-HURINVILLE,  Danh, Thành, Université de Franche-Comté<br>
    FRANÇOIS, Jacques, Université de Caen Basse-Normandie<br>
    GEROLIMICH, Sonia, Université de Udine (Italie)<br>
    GIACALONE-RAMAT, Anna, Université de Pavia (Italie)<br>
    GROSS, Gaston, Université Paris XIII<br>
    IBRAHIM, Amr Helmy, Université de Franche-Comté & Université
    Paris-Sorbonne<br>
    LA FAUCI, Nunzio, Université de Zurich (Suisse)<br>
    LEMARECHAL, Alain, Université Paris-Sorbonne, EPHE & LACITO<br>
    MARTINOT, Claire, Université Paris-Sorbonne<br>
    MULLER, Claude, Université de Bordeaux Montaigne<br>
    SCHØSLER, Lene, Université de Copenhague (Danemark)<br>
     <br>
    <b>Calendrier</b><br>
    Dates du colloque: Jeudi 29 et vendredi 30 Juin 2017<br>
    Lieu : Collegio del Mondo Unito dell’Adriatico ONLUS<br>
    DUINO-Aurisina (Italie) : <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.uwcad.it/">http://www.uwcad.it/</a><br>
    Date limite d’envoi des propositions à l’adresse du colloque 
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:duinopassif17@gmail.com">duinopassif17@gmail.com</a> : 5 mars 2017<br>
    Réponses du comité scientifique : 30 mars 2017<br>
     <br>
    <b>Modalités de soumission des propositions</b><br>
    Elles n’excèderont pas, tout compris, une page (times 11, interligne
    simple) et comporteront le titre de la communication, la proposition
    et les références qui y sont citées. Ce premier fichier sera
    accompagné d’un second fichier qui indiquera, en plus du nom de
    l’auteur et du titre de la communication, les coordonnées
    électroniques, postales et téléphoniques de l’auteur de même que son
    statut académique.<br>
    Les droits d’inscription s’élèvent à 60 euros.  <br>
    L’inscription est gratuite pour les membres de la CRL.<br>
    Les modalités de règlement ainsi que les modalités pratiques
    (hébergement et restauration économiques au collège - adresses
    d'hôtels et moyens de transport) seront précisées ultérieurement.<br>
     <br>
    [1]    Les actes du colloque réunissant vingt-quatre conférenciers,
    issus de dix pays différents, ont été réunis dans Lene Schøsler.
    1998, Le Passif: Actes du Colloque International organisé par
    l'Institut d'Études Romanes de l'Université de Copenhague, Museum
    Tusculanum Press.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><b><br>
      <br>
      Site: <a class="moz-txt-link-freetext"
        href="http://framonde.auf.org/">http://framonde.auf.org/</a></b><span
      style="font-size: 10pt; font-family:
      "Verdana","sans-serif";"></span>
  </body>
</html>