<html>
  <head>
    <meta http-equiv="content-type" content="text/html;
      charset=windows-1252">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b> BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><b><br>
    </b><b> </b><b><br>
      <br>
      APPEL À CONTRIBUTIONS<br>
      <br>
      Revue Operis<br>
    </b><b>Espace public et société<br>
      <br>
      Date limite: 5 février 2017<br>
    </b><br>
    La revue Operis lance un appel à contribution pour son numéro
    intitulé «Espace public et société». La revue vous propose, pour son
    premier numéro, d’interroger la problématique de l’espace public
    sous ses multiples facettes.<br>
    La revue encourage les recherches et les problématiques originales.
    Toutefois, il importe que toutes les contributions soient inscrites
    dans le domaine des sciences humaines et sociales. Pour ce faire,
    vous sont proposés (à titre indicatif) les axes suivants :<br>
    <ul>
      <li>Médias de masse ;</li>
      <li>Littérature et philosophie;</li>
      <li>Culture et politique culturelle ;</li>
      <li>Religion ;</li>
      <li>Politique ;</li>
      <li>Sémiotique;</li>
      <li>Art ;</li>
    </ul>
    Toutes les contributions doivent se conformer aux consignes
    suivantes :<br>
    <ul>
      <li>Times New Roman (taille : 12), interligne (1,15)</li>
      <li>Les citations ne dépassant pas 5 lignes doivent figurer entre
        guillemets dans le corps du texte. Les citations de 5 lignes ou
        plus doivent être présentées sans guillemets avec un retrait de
        1,5 cm et avec une taille de police 9.</li>
      <li>Chaque article doit comporter des notes en bas de page et une
        bibliographie finale indiquant les références complètes.</li>
      <li>Le choix du style de citation est du ressort de l’auteur.</li>
      <li>La revue Operis publie des articles originaux de 2500 à 5000
        mots.</li>
    </ul>
    Les auteurs intéressés par la thématique proposée sont priés
    d’envoyer leurs propositions au format (.docx) accompagnées d’une
    courte notice biographique à l’adresse suivante :
    [<a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:revue.operis@gmail.com">revue.operis@gmail.com</a>]<br>
    <br>
    CALENDRIER:<br>
    <ul>
      <li>Date limite d’envoi des propositions : 5 février 2017</li>
      <li>Avis de la revue sur les propositions: 10 février 2017</li>
      <li>Date limite d’envoi du texte intégral : 30 avril 2017</li>
    </ul>
    <br>
    <b><b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
        FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
      <br>
    </b><b><b><br>
        APPEL À COMMUNICATIONS</b><br>
    </b><br>
    <b>Colloque international :</b><b><br>
    </b><b>La reformulation : à la recherche d’une frontière</b><b><br>
    </b><b>8-9 juin 2017</b><b><br>
    </b><b>Université d’Uppsala, Suède</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 15 février 2017</b></i><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Argumentaire</b><br>
    <br>
    Que pourrait englober la notion de reformulation ? Reformuler est,
    selon les dictionnaires, « formuler à nouveau, généralement de façon
    plus claire » (Le Petit Robert, 2014). Définie ainsi, la
    reformulation se présente comme un domaine aux contours flous auquel
    appartient tout un ensemble de phénomènes langagiers et de figures
    de style.<br>
    <br>
    Les définitions que proposent les linguistes font ressortir des
    différences considérables qui appellent une mise au point de
    certains concepts et notions liés à la reformulation. Selon ces
    définitions, le champ de la reformulation se voit rétréci, ou, au
    contraire, élargi. Alors que certains linguistes définissent la
    reformulation comme le retour sur un segment afin d’en modifier l’un
    des aspects syntaxiques ou sémantiques et restreignent ainsi le
    champ de ce procédé langagier à ce qu’on appelle la « reformulation
    paraphrastique », Steuckardt, entre autres chercheurs, étend le
    domaine que couvre la reformulation, dont l’invariant devient «
    l’état de chose visé » (2007 : 56). D’ailleurs, Steuckardt propose
    expressément « de ne pas restreindre la notion de reformulation aux
    séquences où se succèdent deux segments co-orientés, et de définir
    simplement la reformulation comme la succession en discours de deux
    segments qui visent le même état de chose » (2007 : 59). Vion (1992,
    2000 : 219), lui, définit la reformulation comme une « reprise avec
    modification de propos antérieurement tenus » et pour Rabatel (2007
    : 87), la caractéristique principale de la reformulation réside dans
    ce qu’elle a pour fonction de « construire le sens des énoncés ».<br>
    <br>
    Le constat majeur que font ressortir ces définitions est que la
    reformulation a des frontières floues. Quel serait le seuil de
    distorsion (expression de Fuchs (1983)), la limite qui, une fois
    dépassée, disqualifierait l’acte langagier de la désignation de
    reformulation ?<br>
    <br>
    Dans une récente étude, Kanaan (2011 : 102) définit la reformulation
    comme une activité qui couvre « une multitude d’actions disponibles
    dans et par le discours comme expliquer, paraphraser, exemplifier,
    nommer, définir, résumer, récapituler, ajuster ou corriger, toutes
    ces actions étant opérées sur une première formulation et portant
    sur le même état de choses ». Une telle conception de la
    reformulation engloberait la quasi-totalité des phénomènes
    langagiers : de la paraphrase jusqu’à la réinterprétation en passant
    par la nomination, la définition, l’exemplification, la
    généralisation et la correction. L’insertion de ces opérations,
    nombreuses et de natures diverses, ne remet-elle pas en question la
    pertinence même de la catégorisation des actes de reformulation ?<br>
    <br>
    La diversité des définitions proposées et la divergence de la nature
    et du nombre d’opérations que la reformulation recouvre nous ont
    conduites à proposer un retour sur le procédé discursif de la
    reformulation ; un retour qui permettrait de distinguer cet acte
    langagier d’opérations voisines, lesquelles sont souvent considérées
    comme lui appartenant. Ce colloque propose donc d’appréhender la
    problématique des fonctions, du champ et des limites de la
    reformulation et d’encourager débats et réflexions sur ces relations
    qui se nouent, se défont ou se renforcent entre la reformulation et
    les procédés qui lui sont parents.<br>
    <br>
    Faire le point sur ces questions nécessite une identification des
    phénomènes de la reformulation, de ses marqueurs, de ses fonctions
    et des indices qui permettent de la déceler dans différents genres
    discursifs. Quatre axes – non-exhaustifs – sont proposés à la
    réflexion :<br>
    La reformulation : configurations syntaxiques et caractéristiques
    sémantiques :<br>
    <br>
        Sous quelle(s) forme(s) syntaxique(s) la reformulation se
    manifeste-t-elle ? L’identification des segments reformulé et
    reformulant est souvent réglée par un travail ad hoc sur le
    contexte. Il convient donc de porter l’attention sur ces problèmes
    d’identification des segments de la reformulation.<br>
        La mise en débat de la définition même de la reformulation
    trouvera sa place dans ce colloque. Les études sur la description
    formelle de la reformulation, que ce soit à l’oral ou à l’écrit, et
    donc sur ses caractéristiques morphologiques et phonologiques ou
    syntaxiques, seront les bienvenues.<br>
        La catégorisation des phénomènes de la reformulation : se pose
    en effet la question de voir si les recherches actuelles
    renouvellent et se différencient des conceptions que les travaux
    pionniers ont attribuées à la reformulation, ou, à l’inverse, si
    elles les prolongent. Une reformulation pose-t-elle inévitablement
    une relation d’équivalence ? Et, si la réponse est positive, quelle
    est la nature de cette équivalence ? La dichotomie
    paraphrastique/non paraphrastique est-elle toujours d’actualité ?<br>
     <br>
    <b>La reformulation : caractéristiques pragmatiques et valeurs
      argumentatives</b><br>
    <br>
    Il serait utile de rendre compte des objectifs pragmatiques et des
    valeurs argumentatives de la reformulation. Les débats pourraient,
    par exemple, porter sur les questions suivantes :<br>
    <br>
        La reformulation a été souvent étudiée en tant que stratégie
    inter-communicationnelle qui se manifeste, idéalement, dans les
    conversations orales (Gülich et Kotschi (1987), Norén (1999), Kanaan
    (2011), etc.). Un retour sur le caractère essentiellement interactif
    de cette stratégie communicationnelle s’impose et une mise au point
    de sa fonction interactionnelle est d’actualité. Pour les
    linguistes, la reformulation relève tantôt d’une stratégie de
    clarification (Brunetière, 2009), tantôt d’une stratégie
    argumentative (Romero, 2009). La reformulation est-elle une
    explicitation, une explication, une rectification, une
    interprétation ou une réinterprétation ? L’intégration de la
    réinterprétation comme valeur possiblement véhiculée par la
    reformulation ne faisant pas l’unanimité, un retour sur la question
    s’imposerait. Il s’agirait donc de compléter, d’affiner ou de
    questionner les études antérieures sur les rôles pragmatiques et
    argumentatifs que jouent les segments de la reformulation dans les
    séquences discursives.<br>
        Reformuler sa propre parole n’est par reformuler celle des
    autres. Quels sont les enjeux pragmatiques et argumentatifs que
    chaque pratique entraîne ? On pensera concrètement aux équations
    auto-reformulation = clarification et hétéro-reformulation =
    légitimation et/ou (ré)interprétation.<br>
        De même, les objectifs de la reformulation à l’oral diffèrent de
    ceux dans un texte écrit. Il serait intéressant d’examiner et
    d’interpréter les valeurs que ces divergences imposent.<br>
        Le colloque s’arrêtera sur les fonctions des segments de la
    reformulation dans l’organisation textuelle (les fonctions
    introductive et conclusive, par exemple). Cette perspective soulève
    également la question de la valeur argumentative de la répartition
    des segments de la reformulation au sein des séquences et des
    textes.  <br>
        Étant un retour sur un déjà-dit, la reformulation est fort
    présente dans les discours didactiques et pédagogiques. Le colloque
    essaiera de jeter quelques lumières sur la reformulation dans
    l’enseignement (fonctions et enjeux) et sur son rôle dans le
    processus d’acquisition soit de la langue maternelle (voir à ce
    propos Martinot, 2009), soit d’une langue étrangère (Gerolimich,
    2009).<br>
     <br>
    <b>Marqueurs de reformulation</b><br>
    <br>
    Voici quelques questions que le colloque tentera de soulever :<br>
    <br>
        Peut-on parler de marqueurs de reformulation ? Est-il possible
    de délimiter une classe aux frontières strictes pour ces marqueurs ?
    Quelles sont, dans ce cas, les caractéristiques qui les
    différencient d’autres classes de marqueurs, et en particulier de
    celle des organisateurs textuels et de celles de marqueurs de glose
    et d’exemplification ?<br>
        La présence de l’un de ces marqueurs est-elle obligatoire pour
    l’introduction d’une reformulation ou d’une sous-catégorie de
    reformulation ? Nous savons que certains linguistes (Pennec, 2006),
    à la suite de Rossari (1993), font de la présence d’un connecteur un
    critère de distinction qui différencie la reformulation
    paraphrastique de la non paraphrastique.<br>
        On pourra également s’interroger sur les marqueurs
    traditionnellement considérés comme introduisant une reformulation,
    sur leurs propriétés sémantico-pragmatiques et sur les stratégies
    discursives qui leur sont associées.<br>
        Le colloque tâchera de revenir sur la relation que nouent
    certains marqueurs et connecteurs avec la reformulation. Quelle(s)
    fonction(s) ces marqueurs occupent-ils au niveau pragmatique et
    quelle est leur influence sur la structuration du discours ?
    Steuckardt montre dans l’une de ses études (2009 : 170) que certains
    marqueurs dits de reformulation, à savoir c’est-à-dire et autrement
    dit sont « des outils polémiques redoutables » puisqu’ils
    introduisent de fausses paraphrases. Il serait dans ce cas important
    de s’intéresser aux valeurs argumentatives que l’insertion d’un
    certain marqueur implique.<br>
     <br>
    <b>En deçà et au-delà de la reformulation :</b><br>
    <br>
    Lors de ce colloque, on reviendra également sur la notion de
    reformulation pour en proposer une définition suffisamment large
    pour qu’elle englobe tous ses aspects, sans pour autant perdre de
    vue ce qui en constitue l’essence.<br>
    <br>
    La question cruciale à débattre est la suivante : Y a-t-il des
    critères, formels, sémantiques ou pragmatiques, permettant de
    distinguer la reformulation de l’exemplification, de la glose, de la
    réinterprétation, … ? Une délimitation du champ de la reformulation
    permettrait d’éviter d’amalgamer non seulement tous les procédés
    apparentés à la reformulation, mais aussi tout ce qui est exclu de
    ces procédés parents, ne rassemblant pas les critères habituels qui
    définissent ces derniers.  <br>
    <br>
     On remarque finalement que les axes proposés ne prétendent pas à
    l’exhaustivité, et que toute étude s’intéressant à la reformulation,
    au sens large du terme, sera la bienvenue.<br>
    <br>
    Il est à souligner que ce colloque vise à prendre une certaine
    distance par rapport aux nombreuses études et recherches qui se sont
    intéressées à la reformulation et à ses différents phénomènes, et ce
    par l’apport de nouveaux outils de description et par la
    diversification des corpus et des sujets étudiés.<br>
    <br>
    <b>Modalités de soumission</b><br>
    <br>
    Les propositions de contribution doivent compter un maximum de 500
    mots (bibliographie non comprise). Elles présenteront le titre,
    l’axe dans lequel s’insère la proposition, la problématique, la
    méthodologie et les principaux résultats qui seront développés.<br>
    <br>
    Les communicants disposeront de 20 minutes de présentation suivies
    de 10 minutes de discussion.<br>
    <br>
    <b>Calendrier</b><br>
    <br>
        Date limite d’envoi des propositions de communication :<br>
    <br>
    Les propositions sont à envoyer au plus tard le 15 février 2017 sous
    forme électronique. Chaque proposition sera évaluée en regard de sa
    pertinence pour la thématique du colloque et de sa qualité
    scientifique.<br>
    <br>
    Les propositions sont à envoyer par courriel en fichier attaché
    (format .doc ou .pdf) à l’adresse suivante     <br>
    <br>
        Notification d’acceptation : 10 mars 2017<br>
        Date du colloque : 8 et 9 juin 2017 <br>
    <br>
    <b>Comité d’organisation</b><br>
    <br>
    Houda Landolsi, Coco Norén et Maria Svensson<br>
    <b><br>
      <br>
      BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
    <b><b><br>
        <br>
      </b><b>APPEL À CANDIDATURES</b><br>
    </b><b><br>
      Recrutement d'experts</b><b><br>
    </b><b>4.4 Département coopération en éducation</b><b><br>
    </b><b>Poste n° 4.4.1 : Expert en formation des enseignants du
      primaire au Soudan</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 17 février 2017</b></i><br>
    <br>
    Le CIEP, en partenariat avec Expertise France, a été sollicité par
    la Délégation de l’Union européenne à Khartoum pour un appui au
    renforcement de la formation initiale des enseignants du primaire au
    Soudan.<br>
    <br>
    Nous recherchons un expert en formation des enseignants pour une
    mission long terme, si possible pour une période de 3 ans ou
    éventuellement 2 ans en résidence et le reste du temps dans le cadre
    de mission court terme.<br>
    Vous trouverez ci-joint le descriptif du profil et du poste.<br>
    <br>
    La prise de fonction est souhaitée entre avril et mai 2017 avec la
    possibilité de déplacer l’installation en résidence à Khartoum dès
    septembre.<br>
    <br>
    Il est souhaité, de préférence, une personne actuellement en poste
    dans l’éducation nationale ou l’enseignement supérieur (inspecteur
    ou enseignant-chercheur d’ESPE) ou jeune retraité.<br>
    <br>
    La langue de travail est principalement l’anglais. La connaissance
    de l’arabe est un plus.<br>
    <br>
    Dépôt de candidature avant le 17 février 2017.<br>
    <br>
    URL: <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.ciep.fr/ciep-recrute/recrutement-experts">http://www.ciep.fr/ciep-recrute/recrutement-experts</a><br>
    <br>
    <b><b><br>
        BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
        FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
      <b><b><br>
        </b></b></b><b><br>
      APPEL À CANDIDATURES<br>
      <br>
    </b><b>Newcastle University (UK) invites applications for a Chair
      (Full Professorship) in Linguistics</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Date limite: 20 février 2017</b><br>
    <br>
    <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://bit.ly/FullProfLingx_NclU">http://bit.ly/FullProfLingx_NclU</a><br>
    <br>
    The new Professor can be in any field of linguistics, and can work
    on any language or languages. Newcastle already has academics
    working on a very wide range of languages, so they could join
    someone else working in the same field as them, or add to our range
    of specialities. It would be great to see another linguist working
    on French here, though! We have a great tradition of French
    linguistics at Newcastle, since at least the days of Tony Lodge here
    in the 1980s, and through successors such as Nigel Armstrong and
    Richard Waltereit.<br>
    <br>
    Anyone reading this is welcome to contact me for a chat about the
    linguistics and French environment at Newcastle. I am not the best
    person to talk to about the admin (teaching and administrative
    responsibilities, etc), but for that I would pass you on to the Head
    of the School where you would choose to be based if you came here.
    At Newcastle we have three Schools where linguists are based -
    English Language, Literature and Linguistics; Education,
    Communication and Language Sciences; and Modern Languages - and you
    could choose which of these best fit your specialities. Clearly,
    anyone reading this message is maybe more likely to choose Modern
    Languages, but it would be up to you. Being in one of the Schools
    doesn't in any way restrict your possibilities of collaborating with
    linguists across Newcastle, though, because we have an active
    inter-School Centre for Research in Language and Linguistic Science
    which brings us all together.<br>
    <br>
    Please contact me if you like, and please apply!<br>
    <br>
    Damien Hall<br>
    Newcastle University (UK)<br>
    (French) Linguistics<br>
    Tel. +44 191 208 8521<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE</b><br>
    <b><b><br>
      </b></b><b><br>
      APPEL À COMMUNICATIONS<br>
    </b><b><br>
    </b>Dans le cadre de la francophonie, le Département de Langue et
    Littérature Françaises de l’Université de Pristina (Kosovo) organise
    un Colloque international sous le thème :<br>
    <br>
    <b>Enseignement de la littérature en cours de français langue
      étrangère</b><b><br>
    </b><b>Université de Pristina </b><b><br>
    </b><b>30-31 mars 2017</b><br>
    <br>
    <b><i>Date limite: 25 février 2017</i></b><br>
    <br>
    Le Kosovo est depuis 2014 un membre observateur de l’Organisation
    Internationale de la Francophonie (OIF). Cette année, en 2017,
    l’Université de Pristina a intégré le réseau des universités de
    l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Afin de célébrer
    cette adhésion, le Département de Langue et Littérature Françaises
    de l’Université de Pristina organise un colloque faisant un éloge à
    l’univers francophone. Professeurs et spécialistes francophones se
    réuniront pour échanger et débattre autour du thème de
    l’enseignement de la littérature en cours de français langue
    étrangère (FLE).<br>
    <br>
    L’éducation est une préoccupation de toutes les sociétés. Le thème a
    engendré une littérature abondante. Depuis Platon au Ve siècle av.
    J.-C. dans La République en passant par Bourdieu et sa reproduction
    sociale jusqu’à l’étude du FLE avec JC. Beacco, les connaissances en
    la matière se sont multipliées. Aujourd’hui, les sciences du langage
    et la didactique des langues permettent une meilleure compréhension
    des contextes et des situations d’éducation ainsi qu’un enseignement
    réfléchi du français langue étrangère.<br>
    <br>
    Or, ce colloque permettra de développer une réflexion sur
    l’enseignement du FLE (Français Langue Etrangère) mettant l’accent
    sur des aspects littéraires, linguistiques et didactiques. Prenons
    l’exemple du français au Kosovo. La place du FLE dans les programmes
    scolaires du Kosovo est en passe d’augmenter grâce à la récente
    réforme de l’éducation. Ainsi, une seconde langue sera enseignée dès
    la première année du collège. Le système éducatif kosovar met aussi
    l’accent sur l’enseignement de l’anglais dès la première année
    scolaire (CP). Le système éducatif kosovar promeut donc le
    plurilinguisme et s’engage activement dans l’apprentissage des
    langues étrangères.<br>
    A l’heure actuelle, les auteurs français sont très peu lus au
    Kosovo. Au collège/lycée, on trouve une ou deux fables de La
    Fontaine, des poésies de Jacques Prévert et de Baudelaire, des
    extraits de romans comme par exemple : Le père Goriot, Les
    Misérables, Madame Bovary.   <br>
    Le Département de Langue et Littérature françaises est le seul dans
    la région qui offre une formation en français pour les trois niveaux
    (licence, master, doctorat).<br>
    L’objectif de ce colloque interdisciplinaire sera donc de mettre à
    portée les recherches concernant la littérature au sens large dans
    l’enseignement du FLE. Sous quelle forme et comment est-elle
    abordée ? Les interventions de chercheurs de domaines divers
    permettront une promotion de la littérature francophone et une
    ouverture sur les nouvelles approches pédagogiques. Ce colloque sera
    également un levier de formation important pour les participants.<br>
    <br>
    Quelques axes de réflexion possibles:<br>
    <br>
     - Relation pédagogique et influence sur l’enseignement de la
    littérature <br>
    -    Rôle de l’enseignant dans les classes du FLE <br>
    -    Parcours de l’enseignement du FLE<br>
    -    Plaisir d’apprendre (texte littéraire)<br>
    -    Influence de l’enseignant sur la réception des œuvres<br>
    - Littérature classique et choix historiques des auteurs en fonction
    des pays<br>
    -    Rapport entre littérature et société<br>
    -    Culture et éducation en langue étrangère<br>
    -    Choix des œuvres comme modèles (texte, auteur, mouvement
    littéraire<br>
    - Littérature et interculturalité<br>
    -    Enseigner et gérer la diversité culturelle<br>
    - Littérature dans les manuels de FLE aujourd’hui <br>
    -    Lecture littéraire et place du lecteur<br>
    - Littérature dans les manuels de FLE aujourd’hui <br>
    -    Lecture littéraire et place du lecteur<br>
    -    Choix didactiques dans l’enseignement formel et non formel<br>
    - Littérature dans le CECRL<br>
    -    Didactique de la littérature<br>
    -    Formation à la didactique de la littérature<br>
    - Les jeux littéraires au service de l’apprentissage de la langue<br>
    - Evaluation de l’enseignement de la littérature en classe de FLE<br>
    <br>
    Responsable : Valbona Gashi Berisha : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:valbonagashi@uni-pr.edu">valbonagashi@uni-pr.edu</a><br>
     <br>
    Merci d’envoyer vos propositions de communication (titre + court
    résumé) par courrier électronique à <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:colloquefr@uni-pr.edu">colloquefr@uni-pr.edu</a>, avant
    le 25 février 2017.<br>
    Les communications seront ensuite soumises à un comité scientifique
    de lecture en vue d’une publication.<br>
    <br>
    URL DE RÉFÉRENCE : <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://uni-pr.edu">http://uni-pr.edu</a><br>
    ADRESSE : Département de Langue et Littérature Françaises de
    l'Université de Pristina (Kosovo)<br>
    <br>
    <br>
    <b> BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE<br>
      <br>
      Site: <a class="moz-txt-link-freetext"
        href="http://framonde.auf.org/">http://framonde.auf.org/</a></b><span
      style="font-size: 10pt; font-family:
      "Verdana","sans-serif";"></span>
  </body>
</html>