<html>
  <head>
    <meta http-equiv="content-type" content="text/html;
      charset=ISO-8859-1">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
    </b><b><b><br>
        <br>
        APPEL À COMMUNICATIONS<br>
      </b></b><br>
    <b>4èmes Rencontres des Études Africaines en France</b><b><br>
    </b><b>5-7 juillet 2016, Paris (France)</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 15 janvier 2016</b></i><br>
    <br>
    Les 4èmes Rencontres des Études Africaines en France auront lieu à
    Paris les 5, 6, 7 juillet 2016, sur le site de l’Institut National
    des Langues et Civilisations Orientales, au 65 rue des Grands
    Moulins, 75013 Paris.<br>
    <br>
    Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes
    travaillant sur l’Afrique des laboratoires Centre d’Études en
    Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques
    (CESSMA), Développement et Sociétés (D&S), Langage, Langues et
    Cultures d’Afrique noire (LLACAN), Pôle de Recherche pour
    l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique
    (PRODIG) et Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS).<br>
    <br>
    Comme les trois précédentes, ces 4e Rencontres visent à donner une
    visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi
    de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux
    étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à
    s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les
    contributions, les REAF 2016 sont ouvertes à tous, tout
    particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs. Les
    interventions – qui s’inscriront dans des ateliers – devront
    obligatoirement s’intégrer dans l’un des deux axes identifiés
    ci-dessous :<br>
    <br>
    <b>1 / Un thème fédérateur : Afriques cosmopolitiques</b><br>
    Les REAF 2016 s’inscrivent dans le prolongement des précédentes
    rencontres (2006, 2010 et 2014), soutenues par le GIS, qui
    s’intéressaient à la manière dont les sociétés africaines
    réorganisent leur relation au monde en faisant évoluer le monde des
    relations qui les structurent, tout en analysant les mobilisations
    collectives qui peuvent en résulter.<br>
    <br>
    Ces rencontres font le choix de poursuivre la réflexion sur les
    manières de voir et de faire des sociétés africaines (sur le
    continent et ailleurs) dans un monde globalisé marqué par des
    processus de normalisation, d’interdépendance et d’accélération. Ces
    derniers se sont développés de façon continue souvent avec violence
    dans des sociétés et des territoires, inégalement fragiles et
    vulnérables en fonction d’ancrages locaux et identitaires multiples.
    La question des échelles de temps et d’espace est centrale pour
    appréhender les rythmes et les modalités du changement. Sans compter
    l’importance des représentations et des subjectivités qui viennent
    les dynamiser et les complexifier.<br>
    <br>
    Ce colloque envisagera la manière dont les Afriques s’insèrent dans
    cette globalité, comment elles pensent cette simultanéité, comment
    elles construisent cette pluralité sans s’y enfermer.<br>
    <br>
    <b>2 / Des questions émergentes et les recherches en devenir</b><br>
    Les ateliers proposés dans ce cadre porteront sur des questions et
    des thématiques qui ont fait l’objet d’appels ou de débats évolutifs
    et de tendances majeures lors des précédentes Rencontres, ou encore
    qui ont émergé depuis. Il s’agit ici de proposer des ateliers
    portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la
    recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur
    des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements
    récents de la recherche ou des thèmes comparatistes.<br>
    <br>
    En savoir plus: <a class="moz-txt-link-freetext"
      href="http://reaf2016.sciencesconf.org/resource/page/id/11">http://reaf2016.sciencesconf.org/resource/page/id/11</a><br>
    <br>
    Liste des ateliers: <a class="moz-txt-link-freetext"
      href="http://reaf2016.sciencesconf.org/browse/typdoc">http://reaf2016.sciencesconf.org/browse/typdoc</a><br>
    <br>
    Procédure de soumission des contributions individuelles: <a
      class="moz-txt-link-freetext"
      href="http://reaf2016.sciencesconf.org/resource/page/id/1">http://reaf2016.sciencesconf.org/resource/page/id/1</a><br>
    <b><br>
      <br>
      BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
    </b><br>
    <b><b><b>APPEL À COMMUNICATIONS</b></b><br>
    </b><b><br>
      GLAT - PADOVA 2016</b><b><br>
    </b><b>Acteurs et formes de médiation pour le dialogue interculturel</b><b><br>
    </b><b>17 - 19 mai 2016</b><b><br>
    </b><b>Université de Padoue (Italie)</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 18 janvier 2016</b></i><br>
    <br>
    Le Groupe de Linguistique Appliquée des Télécommunications (GLAT) -
    Telecom Bretagne (Brest, France) et le Département des Sciences
    politiques, juridiques et des Études internationales (SPGI) de
    l'Université de Padoue (Padoue, Italie) ont le plaisir de vous
    annoncer la prochaine édition du colloque GLAT:<br>
    Acteurs et formes de la médiation pour le dialogue interculturel<br>
    qui aura lieu à Padoue les 17-19 mai 2016.<br>
    <br>
    Le Colloque s’inscrivant dans un cadre interdisciplinaire et
    pluridisciplinaire, les organisateurs accueillent des propositions
    d’études sur les diverses situations et pratiques de médiation où
    les enjeux linguistiques (et en même temps culturels, interculturels
    et sociaux) demeurent au centre de la réflexion.<br>
    <br>
    Les communications interrogeront les rapports entre médiation et
    dialogue interculturel. Entre autres, elles pourront :<br>
    * décrire une analyse conversationnelle portant sur des situations
    de médiation précises et sur des données authentiques ;<br>
    * aborder des études lexicales et terminologiques ponctuelles et
    basées sur des données authentiques ;<br>
    * exposer une étude sociolinguistique sur le plurilinguisme et sur
    la représentation de la langue et de l’altérité, en faisant
    référence au concept de médiation et/ou à des situations réelles de
    médiation ;<br>
    * introduire une approche et/ou proposition didactique pour la
    formation à la médiation et à ses principes, ainsi qu’au dialogue
    interculturel ;<br>
    * montrer une approche et/ou expérience et/ou stratégie didactique
    pour la médiation ;<br>
    * étudier l’émergence de nouvelles figures et pratiques
    linguistiques de médiation qui favorisent le dialogue sur les
    réseaux sociaux et, en général, sur le Web ;<br>
    * interroger le thème de la médiation et des technologies de
    l’information, dans la mesure où notre monde, en mutant massivement
    vers le numérique, transforme aussi toutes les pratiques,
    traditions, moyens et normes ;<br>
    * présenter un projet de recherche (en cours ou achevé) qui porte
    sur les liens entre la médiation comme processus de communication
    (éthique) et le dialogue interculturel.<br>
    <br>
    La date limite pour la soumission des propositions de communication
    a été fixée pour le 18 janvier 2016.<br>
    <br>
    Nous avons le plaisir de vous annoncer la présence de quatre
    conférenciers invités:<br>
    <br>
    * Odile Challe, Maître de Conférences, (Université Paris Dauphine,
    CICLAS)<br>
    * Michèle Guillaume-Hofnung, Professeure des Universités (Paris-Sud
    11 & Paris 2 Panthéon-Assas) et médiatrice<br>
    * John Humbley, Professeur émérite des Universités (Université
    Paris-Diderot, CLILLAC-ARP)<br>
    *Ioannis Kanellos, Professeur (Télécom Bretagne)<br>
    <br>
    Sur le site du colloque:<br>
    <a class="moz-txt-link-freetext"
      href="http://conferences.telecom-bretagne.eu/glat-padova2016/">http://conferences.telecom-bretagne.eu/glat-padova2016/</a><br>
    vous trouverez tous les détails sur la thématique du colloque, le
    texte intégral de l'appel à communications ainsi que des précisions
    concernant les modalités de soumission et les actes.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <b> <br>
      <br>
      APPEL À COMMUNICATIONS<br>
      <br>
    </b><b>Modernismes et francophonie : regards croisés</b><b><br>
    </b><b>7-8 juillet 2016, Durham University, UK</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b><i>Date limite: 30 janvier 2016</i></b><br>
    <br>
    <b>Conférenciers:</b><br>
    Dr. Jonathan Eburne (Penn State)<br>
    Professor Susan Harrow (Bristol)<br>
    Professor Debarati Sanyal (Berkeley)<br>
    <br>
    L’ambition coloniale de l’hexagone au XIXème siècle renforça la
    présence de la culture française sur la scène internationale et
    influença l’émergence du mouvement moderniste. On trouve en effet
    dans les grandes œuvres de la métropole, les traces d’une anxiété au
    sujet de l’étranger, de l’exotique et de l’altérité. Des écrivains
    et artistes issus des colonies comme Aimé Césaire et Assia Djebar
    utiliseront plus tard l’esthétique moderniste pour remettre en cause
    l’hégémonie de certains discours sur l’histoire et le pouvoir de
    l’Etat. Du XIXème siècle à la décolonisation, la carte moderniste de
    la francophonie s’étendit de l’Amérique du Nord aux Caraïbes en
    passant par l’Afrique de l’Ouest et l’Asie du Sud-Est. Si le lien
    entre modernisme et impérialisme français a été établi (Lebovics
    2014), la relation entre expansion coloniale et esthétiques
    modernistes est encore méconnue. Les débats sur la dimension
    coloniale et raciale du modernisme sont encore largement confinés
    aux recherches sur la littérature anglophone (Walkowitz 2006;
    Sheshagiri 2010). Cependant, sans une compréhension approfondie de
    la relation entre colonialisme, échanges transnationaux et
    imaginaire moderniste français, nous éludons la diversité ethnique
    et artistique de la culture française.<br>
    <br>
    Cette conférence a pour but de rassembler les théories sur le
    colonialisme dans le modernisme anglais, et les arts de la
    francophonie. S’éloignant d’une vision métropolitaine et urbaine de
    la modernité, la conférence explorera l’interconnexion du pouvoir
    colonial français et de l’esthétique moderniste. Notre conférence
    définira le modernisme français comme une constellation
    transnationale d’espaces coloniaux et métropolitains. Nous nous
    concentrerons sur la localisation du modernisme, plutôt que sur sa
    périodisation. Nous poserons les questions suivantes : quels
    intérêts institutionnels, disciplinaires et idéologiques empêchent
    de penser un modernisme français transnational et une culture
    francophone moderniste ? Quelle est la relation entre l’esthétique
    moderniste et le flux mondial de capitaux, de biens et de personnes
    ? Perpétuons-nous l’impérialisme culturel en imposant une conception
    métropolitaine de l’histoire littéraire à la production artistique
    francophone?                                                         
    <br>
    <br>
    Nous invitons à proposer des communications qui couvrent la carte
    mondiale des modernismes français: le Levant, l’Afrique
    Sub-Saharienne, les Caraïbes, la Louisiane, le Québec, le
    sous-continent indien et le Pacific Sud.<br>
    <br>
    Nous suggérons les thèmes suivants:<br>
    <br>
        Race, empire, et modernisme;<br>
        Décolonisation, le ‘postcolonial’, et l’esthétique;<br>
        Artistes coloniaux imaginant des communautés ‘post’-coloniales;<br>
        Echanges culturels entre les colonies;<br>
        Tensions entre arts autonome et engagé;<br>
        Communautés politiques transnationales et modernisme (communisme
    au Vietnam et en Algérie; fascisme en Roumanie et en Tunisie);<br>
        Sexualité, genre, et classe sociale dans le modernisme
    transnational français<br>
        Cultures modernistes de la mémoire<br>
        Tensions et différences entre avant-gardes et modernisme dans
    les cultures transnationales françaises<br>
        Géographies modernistes de la modernité<br>
    <br>
    La conférence est financée par la Modern Humanities Research
    Association et la Faculty of Arts and Humanities, Durham University.<br>
    <br>
    Les propositions de communication (300 mots maximum) sont à envoyer
    à <a class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:transnationalfrenchmodernisms@gmail.com">transnationalfrenchmodernisms@gmail.com</a>
    avant le 30 Janvier 2016.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <b> <br>
      <br>
      APPEL À COMMUNICATIONS</b><br>
    <br>
    <b>La connexion (plus ou moins) corrélative</b><b><br>
    </b><b>Université de Strasbourg</b><b><br>
    </b><b>27-29 octobre 2016</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 31 janvier 2016</b></i><br>
    <br>
    <b>(A) Problématique et état de l’art </b><br>
    <br>
    Suivant les différentes travaux menés sur le sujet (Allaire 1982,
    Lehmann 1988, Hadermann & al. 2006, Pierrard 2008, Corminboeuf
    2009, Mignon 2009, Svensson 2010, etc.), la corrélation peut être
    finalement entendue comme l’expression de toute relation
    d’interdépendance morphosyntaxique et/ou sémantique, voire
    pragmatique, entre deux séquences, de telle sorte que la présence de
    la première présuppose la présence de la seconde, et réciproquement.
    De l’instauration de cette relation d’interdépendance procède alors
    l’effet de connexion qui caractérise les séquences corrélées (cf.
    Roig 2013/2015). Par extension, de l’adjectif corrélatif pourra être
    donnée la définition suivante : qui met en relation
    d’interdépendance morphosyntaxique et/ou sémantique, voire
    pragmatique, deux séquences, de telle sorte que la réalisation de la
    première oblige la production de la seconde et vice-versa (ibid.).
    Et ce sont précisément sur les marqueurs « corrélatifs » que nous
    entendons revenir dans le cadre du présent colloque. <br>
    <br>
    En effet, au niveau de la phrase, les structures impliquées par la
    corrélation sont nombreuses et relèvent essentiellement de deux
    types. La première façon de corréler deux séquences repose sur
    l’utilisation de marqueurs corrélatifs :  <br>
    a) Marqueurs uniques : il s’agit de marqueurs anciennement doubles
    mais qui, par grammaticalisation, fonctionnent à ce jour en un seul
    bloc d’un point de vue syntaxique. Unités minimales irréductibles,
    ces marqueurs permettent l’articulation de deux séquences corrélées
    surtout par les procès mis en relation. Ex. : à mesure que/de, au
    fur et à mesure de/que, comme, au point que, en corrélation avec, en
    fonction de, parallèlement à, en parallèle,…<br>
    b) Marqueurs doubles : marqueurs qui fonctionnent par deux, au degré
    de grammaticalisation moindre qu’en (a) en raison de la possibilité
    de dissocier les deux items (cf. Hadermann et al. 2013). Ex. :
    ainsi…que, autant…que, aussi…que, de même…que, mieux…que, moins…que,
    plus…que, si…que, tant…que, trop…pour que, aussi…que,
    tellement…que,…<br>
    Ces deux premières catégories ont fait l’objet de nombreuses études
    déjà, à l’inverse de la troisième famille de marqueurs
    corrélatifs qui a moins retenu l’attention et qui mérite pourtant
    qu’on y revienne : <br>
    c) Marqueurs binomiaux (voire polynomiaux) : marqueurs qui
    fonctionnent toujours par deux minimum. La corrélation,
    essentiellement morphosyntaxique à ce niveau mais également
    sémantique et pragmatique, oblige à la coprésence de minimum deux
    membres corrélés  en vertu du principe de coréalisation des
    items corrélatifs (d’un point de vue normatif1) : en situation de
    marqueurs bi-/polynomiaux, en effet, les instructions
    interprétatives portées par les marqueurs laissent attendre une
    suite qui, dans les faits, se réalise souvent, mais pas
    exclusivement, au moyen d’un marqueur du même paradigme ; l’absence
    d’éléments subséquents provoquant un sentiment d’incomplétude ou
    d’inachèvement. Dans cette catégorie, l’on distingue les cas où :
    (a) les termes corrélatifs ne sont morphologiquement pas en tous
    points identiques (d’une part…d’autre part,
    premièrement…deuxièmement, non seulement…mais, sinon…du moins,
    celui-ci…celui-là, le premier…le deuxième, l’un…l’autre,…) ; (b) les
    termes corrélatifs sont morphologiquement et lexicalement
    identiques (mais éventuellement de sens contraire) : ni…ni, et…et,
    plus…plus, autant…autant, tant…tant, tantôt…tantôt, tel…tel,…<br>
    <br>
    La deuxième manière d’associer des séquences par un lien corrélatif
    passe par l’emploi de tournures syntaxiques particulières (cf.
    Allaire 1982, Corminboeuf 2009), comme, sans exhaustivité :<br>
    l’absence de connecteur entre deux prédications qui entretiennent un
    lien du type protase-apodose,<br>
    l’inversion du sujet et du verbe en Préd1 + (que +) énonciation du
    fait principal en Préd2 (subordination inverse), <br>
    l’emploi d’une forme injonctive en Préd1 + (que +) verbe au
    subjonctif en Préd2, <br>
    l’usage, enfin, d’adverbes de négation en structure ne V1 pas… que…
    ne V2.<br>
    <br>
    La corrélation dessine ainsi un champ d’investigations
    particulièrement vaste, et seule une partie de ce champ sera retenue
    pour ce colloque, à savoir les schèmes corrélatifs lexicalement
    marqués (cf. la catégorie des marqueurs bi-/polynomiaux,
    principalement), dont les instructions interprétatives sont données
    par des marqueurs différents de ceux logiquement attendus, comme
    "D'une part (§1). Secondement (§2)" ou les corrélatives en "Soit
    (§1). Sinon (§2)". <br>
    <br>
    [1]     Premièrement, d’après le JDD, les Parisiens bénéficieraient
    d’une diminution du bruit de 1,2 décibel la nuit et de 0,5 le jour.
    Or, Il faut savoir que diminuer le volume des nuisances sonores de 1
    dB est imperceptible pour l’oreille humaine. <br>
    D’autre part, selon la mairie de Paris, la baisse de la limitation
    de vitesse sur le périphérique aurait permis de réduire les bouchons
    (« l’effet accordéon »). Or, les Franciliens qui empruntent
    régulièrement le périphérique estiment au contraire que le temps
    passé dans les embouteillages a plutôt augmenté depuis un an. <br>
    (<a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.40millionsdautomobilistes.com/sites/default/files/20150119periphlebilan.pdf">http://www.40millionsdautomobilistes.com/sites/default/files/20150119periphlebilan.pdf</a>)
    <br>
    <br>
    Ce colloque reviendra donc sur le fonctionnement, synchronique et
    diachronique, des items corrélatifs (et, consécutivement, des
    structures corrélatives qu’ils composent) échappant peu à peu à la
    corrélation lexicale rigidement codifiée (et donc fortement
    attendue), que ce soit (A) par le biais d’un croisement avec une
    autre structure corrélative (cas de dissymétrie lexicale), et/ou (B)
    parce que le corrélatif, initialement de phrase, tend à connaître un
    emploi d’organisateur textuel (ou réciproquement). Car les marqueurs
    corrélatifs phrastiques, en dépit de la rigidité pensée de la
    structure syntaxique générée, peuvent se « métamorphoser » – se
    grammaticalisent-ils ? Se laissent-ils "réanalyser" ? ; cf. Groupe
    de Fribourg – en organisateurs textuels (B1), quand ils ne
    connaissent le cheminement inverse (B2), passant alors d’une liaison
    discursive (énonciative ?) à une liaison « intraphrastique ». <br>
    <br>
    • Le premier cas de figure est illustré par des corrélatifs comme
    soit…soit par exemple. Si l’origine verbale du corrélatif ne fait
    plus de doute, le corrélatif a aujourd’hui une propension plus forte
    à lier deux syntagmes que deux énoncés phrastiques, mais il peut
    aussi, dans certains cas, s’associer à d’autres items comme ou
    (bien) ou sinon tandis que parfois même, il tend à disparaitre
    physiquement. <br>
    <br>
    [2]    Tes pauvres restes seront jetés, soit dans un crématoire… [ø]
    enterrés dans un endroit quelconque… ou, plus rarement, proposés à
    la famille pour être inhumés… (R. Cauvin, P. Bercovici, Les femmes
    en blanc : le chant du panaris, 33 | © Dupuis)<br>
    [3]    Il n’y a donc pas trente-six choix possibles — mais il y en a
    ! Soit se soumettre aux injonctions des investisseurs internationaux
    qui contraignent et le volume brut de la dette publique et les
    conditions dans lesquelles il est contracté. Ou bien, sous
    l’hypothèse (d’ailleurs discutable) où l’on désire demeurer dans le
    registre du financement obligataire pur, opter pour la
    renationalisation majoritaire du financement des déficits en
    organisant l’allocation massive des épargnes nationales (évidemment
    pour les pays, comme la France, qui en disposent...) vers les titres
    de l’Etat. (F. Lordon, « Et si on commençait la démondialisation
    financière ? », monde-diplomatique.fr, mai 2010)<br>
    <br>
    Dans ce dernier exemple, la paire de corrélatifs « soit…ou »
    semblent entrer dans l’organisation textuelle/discursive du texte, à
    l’image peut-être des corrélatifs « D’une part… . D’autre part… »,
    « Premièrement… . Deuxièmement… », « Primo… . Secundo… », etc. Ces
    derniers, rangés parmi les déterminants de l’énonciation chez Van
    Raemdonck et alii (2011 : 165) ou Guimier (2009 : 97) lorsqu’ils
    organisent l’argumentation, ne livrent pourtant pas d’« information
    relative (1) à la personne énonciative […], (2) au repère énonciatif
    […] ou (3) à la modalité énonciative » (Wilmet 2003 : 575) en tant
    que telle. Par conséquent, soit et ou bien, dans des énoncés tels
    que [3], sont-ils vraiment incidents à l’énonciation ? Cette
    question ouvre la porte à un autre type d’études sur lequel il sera
    également intéressant de revenir dans le cadre de colloque : y
    a-t-il des marqueurs corrélatifs qui portent sur l’énonciation ou
    sur l’organisation métadiscursive plutôt que sur l’énoncé ? Dans le
    cas d’une réponse positive, quelles sont les conditions qui
    permettent à ces marqueurs (connecteurs) de porter sur la composante
    énonciative plutôt que sur celle de l’énoncé (ou réciproquement) ? <br>
    <br>
    • Le cas B2, faisant état de corrélatifs passant de la liaison
    textuelle à la liaison intraphrastique, pourrait être illustrée par
    des marqueurs comme cependant et alors (cf. Saez 2009). Comme le
    remarque Saez, l’adverbe alors, proprement oppositif/adversatif et
    temporel, lorsqu’il est rencontré dans la structure corrélative aux
    côtés de quand, conduit parfois à une lecture consécutive.<br>
    <br>
    [4]    Il m’a fait un sale coup. Alors je me suis vengée (des années
    plus tard) (Le Draoulec & Bras 2007 : 90)<br>
    [5]     Quand tu seras plus grand, alors tu comprendras (Benzitoun
    2007 : 245) <br>
    <br>
    Cette lecture oppositive n’est jamais rencontrée toutefois avec
    cependant, bien que cet adverbe connaisse lui aussi les lectures
    oppositive et temporelle. « En français contemporain, la valeur
    temporelle (simultanéité/concomitance) de cependant est rare, mais
    tout de même présente lorsque cependant forme avec que une locution
    conjonctive. […] La valeur temporelle de cependant s’observe
    également dans la structure corrélative [quand p, cependant q], qui
    est aussi très rare en français contemporain. » (Saez 2009 : 69).
    Cette même construction corrélative (= « quand p, cependant q »)
    « peut avoir soit une interprétation temporelle soit une
    interprétation conditionnelle ou oppositive » (ibid. : 68)<br>
    <br>
    [6]    Il pleut, cependant je n’ai pas pris mon parapluie (C.
    Marchello-Nizia 2008)<br>
    [7]    Mais quand Degas parlait d’idées, il pensait cependant à des
    discours intérieurs ou à des images, qui, après tout, eussent pu
    exprimer des mots, […] (P. Valéry, in Saez 2009 : 69)<br>
    <br>
    Ces différentes lectures sémantiques, qu’elles résultent d’un schème
    syntaxiquement corrélatif ou non, peuvent être motivées, d’après
    Marchello-Nizia (2008), par l’évolution diachronique de l’adverbe
    cependant, lequel, observe-t-elle, a suivi le processus de
    grammaticalisation suivant : [valeur temporelle : concomitance >
    opposition > concession]. <br>
    <br>
    Partant de cette observation, nous choisirons de nous intéresser
    également, dans ce colloque, aux phénomènes d'évolution historique :
    quels sont les marqueurs corrélatifs qui évoluent vers des emplois
    non corrélatifs ? Quels sont les items qui connaissent le parcours
    inverse ? <br>
    <br>
    La réponse à ces questions croise par ailleurs de façon obligée le
    chemin d’autres questions, comme celles de la cohésion discursive ou
    de l’énumération, voire de l’oral et des registres de langue. Parce
    qu’elles sont liées de près ou de loin à la problématique de la
    « connexion plus tout à fait corrélative », elles seront aussi
    intéressantes à étudier, dès lors, dans le cadre de cet événement
    scientifique, de même que sera la bienvenue toute contribution
    abordant l’une de ces thématiques dans une approche contrastive.<br>
    <br>
    <b>(B) Modalités pratiques </b><br>
    <br>
    <b>Calendrier </b><br>
    <br>
    Remise des propositions de deux pages maximum (bibliographie
    comprise) avant le 31/1/2016, à l’adresse courriel suivante :
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:correlation.strasbourg@gmail.com">correlation.strasbourg@gmail.com</a> <br>
    <br>
    <b>Comité d’organisation</b><br>
    <br>
    Audrey Roig, Université Paris Descartes, EDA<br>
    Catherine Schnedecker, Université de Strasbourg, LILPA<br>
    Dan Van Raemdonck, Université libre de Bruxelles, LaDisco<br>
    <br>
    <b>Comité scientifique</b><br>
    <br>
    Silvia Adler (Université Bar Ilan)<br>
    Hava Bat-Zeev Shyldkrot (Université de Tel Aviv)<br>
    Marie-José Béguelin (Université de Neuchâtel)<br>
    Christophe Benzitoun (Université de Lorraine)<br>
    Paul Cappeau (Université de Poitiers)<br>
    Bert Cappelle (Université de Lille)<br>
    Injoo Choi-Jonin (Université de Toulouse Jean Jaurès)<br>
    Bernard Combettes (Université de Lorraine)<br>
    Gilles Corminboeuf (Université de Bâle)<br>
    Emmanuel Dupraz (Université libre de Bruxelles)<br>
    Michèle Fruyt (Université Paris Sorbonne)<br>
    Frédéric Gachet (Université de Neuchâtel)<br>
    Pascale Hadermann (Université de Gand)<br>
    Olga Inkova (Université de Genève)<br>
    Veronika Laippala (Université de Turku)<br>
    Frédéric Lambert (Université Bordeaux Montaigne)<br>
    Dominique Legallois (Université Paris Sorbonne Nouvelle)<br>
    Christiane Marchello-Nizia (ENS Lyon)<br>
    Claude Muller (Université Bordeaux Montaigne)<br>
    Franck Neveu (Université Paris Sorbonne)<br>
    Michel Pierrard (Vrije Universiteit Brussel)<br>
    Josette Rebeyrolle (Université de Toulouse Jean Jaurès)<br>
    Frédéric Sabio (Université d’Aix)<br>
    Maria Svensson (Université d’Uppsala)<br>
    Marleen Van Peteghem (Université de Gand)<br>
    Marc Wilmet (Université libre de Bruxelles)<br>
    <br>
    <b>(C) Bibliographie indicative </b><br>
    <br>
    Allaire S. (1982), Le modèle syntaxique des systèmes corrélatifs :
    étude en français moderne, thèse de doctorat, Lille 3, Servic. de
    reproduction des thèses.<br>
    Benzitoun C. (2007), Description morphosyntaxique du mot « quand »
    en français contemporain, thèse de doctorat, Université d’Aix. <br>
    Choi-Jonin I. (dir.) (2009), Langages : Constructions et
    interprétations des systèmes corrélatifs, Paris, Armand Colin. <br>
    Deulofeu J. (2001), « La notion de construction corrélative en
    français : typologie et limites », Recherches sur le français parlé,
    16, 2001, 103-124.<br>
    Guimier C. (2009), « De la comparaison à l’énonciation : le cas de
    aussi bien », Langue française, 161, 97-114.<br>
    Le Draoulec A, Bras M. (2007) : « Alors as a possible Temporal
    Connective in Discourse », Cahiers Chronos, 17, 81-94.<br>
    Marchello-Nizia C. (2008), « Le principe de surprise annoncée »,
    Discours, 1 : en ligne.<br>
    Roig A., Van Raemdonck D. (dir.) (2014), Langue française. Les
    liaisons de prédications, Paris, Armand Colin.<br>
    Roig A. (2015), La corrélation en français. Étude morphosyntaxique,
    Paris, Classiques Garnier. <br>
    Saez F. (2009), « De la corrélation temporelle à la connexion
    discursive : le cas de cependant et alors », Langages, 174, 67-82.<br>
    Saussure L. de, Morency P. (2013), « Adverbiaux temporels et sériels
    en usage discursif », in W. de Mulder & al. (dir.), Marqueurs
    temporels et modaux en usage, Cahiers Chronos 26,
    Amsterdam/New-York, Rodopi, 337-354.<br>
    Schnedecker C. (2006), De l’un à l’autre et réciproquement… Aspects
    sémantiques, discursifs et cognitifs des pronoms anaphoriques
    corrélés l’un/l’autre et le premier/le second, Bruxelles, De Boeck.
    <br>
    Van Raemdonck D. (2011), Le sens grammatical. Référentiel à l’usage
    des enseignants, PIE Peter Lang, Bruxelles.<br>
    Wilmet M. (2010), Grammaire critique du français, 5e éd., Bruxelles,
    Duculot. <br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>APPEL À CONTRIBUTIONS<br>
      <br>
    </b><b>GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités est
      heureuse de lancer un appel à contribution pour son premier numéro
      !</b><br>
    <br>
    <i><b>Date limite: 1er février 2016</b></i><br>
    <br>
    GLAD! est une revue consacrée aux travaux scientifiques, artistiques
    et politiques articulant recherches sur le genre et les sexualités
    et recherches sur le langage. C'est une revue en ligne, inter- et
    transdisciplinaire, principalement francophone, qui cherche à créer
    un espace de discussion et de rencontre entre des travaux, des
    angles d'attaque et des pratiques multiples. C'est aussi un espace
    de traduction, d'exploration de la langue et de réflexion critique
    sur les critères de légitimité linguistique et académique.<br>
    <br>
    Toutes les propositions sont les bienvenues, dès lors qu'elles
    articulent langage, genre et sexualités. Ce premier numéro sera un
    numéro varia, qui accueillera des travaux d'horizons différents, une
    pluralité de perspectives et de formats (texte, audio, vidéo) pour
    explorer d'entrée de jeu les possibles scientifiques, artistiques et
    politiques de la revue.<br>
    <br>
    Les propositions de contribution seront à envoyer à l'adresse <a
      class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:revue.glad@gmail.com">revue.glad@gmail.com</a> au
    plus tard le 1er février 2016 :<br>
    <br>
    - pour les articles scientifiques, sous forme de résumé d'une à deux
    pages (3 000 à 6 000 signes) ;<br>
    - pour les autres contributions (entretiens, débats, créations
    littéraires ou artistiques, textes politiques, informations et
    actualités en genre et langage), sous forme de proposition ou sous
    leur forme finale.<br>
    <br>
    La politique éditoriale, les modalités de proposition de
    contribution, les modalités d'évaluation des articles scientifiques
    et la composition du comité scientifique actuel figurent dans
    l'appel joint à ce mail, aussi disponible sur
    gsl.hypotheses.org/531.<br>
    <br>
    Présentation de la revue<br>
    <br>
    La question du langage touche aux dimensions idéologique et
    matérielle du genre et des sexualités comme rapports de pouvoir :
    comment le genre signifie-t-il ? Quels sont les mécanismes (sociaux,
    discursifs, sémiotiques, linguistiques) de cette production de sens
    ? Comment se (dé/re)construisent les sexualités dans / par / hors le
    langage ?<br>
    <br>
    À travers cette revue, nous souhaitons proposer un espace pour des
    recherches inscrites dans différentes disciplines, partageant à la
    fois une compréhension critique de la langue et du discours comme
    des objets polysémiques et non transparents, une prise en compte des
    rapports de pouvoir dans l’analyse linguistique, une lecture non
    essentialiste du sexe et une reconnaissance de la dimension
    agissante du langage sur les catégories de genre.<br>
    <br>
    Nous sommes également intéressé-es par des interventions qui
    questionnent le cadre esquissé ici, à partir d’autres approches
    théoriques. Par ailleurs, les chercheur.e.s dont ce n'est pas le
    thème principal sont encouragé.es à faire des propositions pour
    explorer ces questions. Enfin, cet appel s’adresse tant aux
    scientifiques (avec ou sans rattachement institutionnel) qu’aux
    praticien.nes (pratiques artistiques, pratiques politiques,
    pratiques du quotidien).<br>
    <br>
    L’originalité du projet tient à sa thématique, inédite, mais
    également à sa ligne éditoriale, articulant quatre principes : la
    valorisation des recherches minoritaires et/ou menées depuis les
    marges (y compris la jeune recherche), l'inter- et la
    transdisciplinarité, une ouverture particulière à toutes les
    francophonies et une réflexion sur les modalités de production et de
    diffusion des savoirs contemporains sur le genre.<br>
    <br>
    <b>Calendrier</b><br>
        1er février 2016        Envoi des résumés de propositions<br>
        1er mars 2016           Retour du comité de rédaction sur les
    propositions<br>
        1er juin 2016           Envoi des contributions complètes<br>
        20 juillet 2016         Première notification aux auteurs<br>
        1er novembre 2016          Publication<br>
    <br>
    Site: <a class="moz-txt-link-freetext"
      href="http://gsl.hypotheses.org/531">http://gsl.hypotheses.org/531</a><br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
    </b><br>
    <b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Imaginaire du terrain vague</b><b><br>
    </b><b>Colloque interdisciplinaire en recherche et en
      recherche-création</b><b><br>
    </b><b>organisé dans le cadre de l'ACFAS, le mercredi 11 et le jeudi
      12 mai 2016,</b><b><br>
    </b><b>par Élise Lepage (Université de Waterloo) et Isabelle Miron
      (UQÀM)</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 12 février 2016 </b></i><br>
    <br>
    Ce colloque en recherche-création propose de rassembler chercheurs
    et créateurs en littérature et en arts visuels pour réfléchir à ce
    que représente le terrain vague dans l’imaginaire contemporain.
    Espace interlope à la mémoire souvent stratifiée, le terrain vague
    peut être vu comme un espace-temps transitoire vers une réinvention
    et une réappropriation. Également symbole d'une vacance, cette waste
    land ou no man's land peut aussi avoir une fonction salvatrice, à la
    fois jachère nécessaire et lieu de réappropriation du pouvoir
    citoyen. Il peut en ce sens susciter des intérêts politiques ou
    financiers : les promoteurs voient en lui un potentiel à développer
    et explique peut-être sa raréfaction au sein des villes. Ces
    rapports de pouvoir ne sont pourtant pas le seul avenir
    envisageable: cet espace liminaire, source de liberté et
    d’inventivité, demande à être déchiffré symboliquement autant qu’à
    être défriché matériellement; son caractère marginal fait de lui une
    matrice à nouvelles idées et nouveaux regards sur le monde. À cet
    égard, il peut offrir l'image même de la disposition mentale que
    nécessitent tant la recherche que la création. Il peut alors
    conserver son statut de terrain vague et indéfini de façon plus
    pérenne, être valorisé comme tel et se laisser lentement apprivoiser
    et réinventer par des actions communautaires et/ou esthétiques.<br>
    <br>
    Quelques pistes de réflexion (non exhaustives) :<br>
    Où (sur le plan autant spatial que métaphorique) se situe le terrain
    vague?<br>
    Comment s’intègre-t-il (ou non) dans un périmètre plus large?<br>
    À quelles figures donne-t-il naissance?<br>
    Par qui et comment est-il investi, dans les faits et dans
    l’imaginaire?<br>
    Quels enjeux éthiques ou esthétiques pose-t-il?<br>
    Quels rapports de force ou quelles relations se nouent autour du
    terrain vague?<br>
    Quels genres de poétiques engendre-t-il?<br>
    Quels genres littéraires ou langages esthétiques l’investissent?<br>
    Comment explorer les strates mémorielles et les processus de
    sédimentation de ce genre d’espace?<br>
    <br>
    Ce colloque interdisciplinaire se situe à la croisée entre recherche
    scientifique et création artistique. Il vise en ce sens à réunir des
    intervenants provenant du milieu universitaire (autant en recherche
    qu'en recherche-création) et des milieux de la création (artistes
    visuels, poètes, essayistes, etc.) afin de réfléchir à ce qu’est et
    ce que pourrait être le terrain vague en contexte urbain. <br>
    <br>
    Ce colloque accueille des communications scientifiques, des
    communications en recherche-création, mais aussi des interventions
    de formats plus libres. Il se clôturera par une table-ronde
    d’auteurs, d’artistes et de chercheurs, ainsi que par une exposition
    d'oeuvres/installations/ performances liées à l'imaginaire du
    terrain vague.<br>
    <br>
    Les propositions d’intervention/participation, longues d’environ 250
    mots et accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, doivent
    être envoyées à <a class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:miron.isabelle@uqam.ca">miron.isabelle@uqam.ca</a> et
    <a class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:elepage@uwaterloo.ca">elepage@uwaterloo.ca</a> avant
    le 12 février 2016.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>APPEL À CONTRIBUTIONS<br>
      <br>
    </b><b>Revue Mélanges francophones</b><b><br>
    </b><b>Vol. X, No 13 / 2016</b><br>
    <b>Pratique et création littéraires, linguistiques et didactiques
      dans les espaces francophones et non francophones. Perspectives
      (inter)culturelles</b><br>
    <br>
    <i><b>Date limite: 15 février 2016</b></i><br>
    <br>
    Département de Langue et littérature françaises <br>
    Centre de recherches Théorie et Pratique du Discours <br>
    Faculté des Lettres <br>
    Université « Dunărea de Jos » de Galaţi, Roumanie <br>
    <br>
    Référence bibliographique : <br>
    Mélanges Francophones. Annales de l’Université „Dunărea de Jos” de
    Galaţi, Fascicule XXIII. Galaţi: Galati University Press. ISSN
    1843-8539<br>
    <br>
    <b>Argumentaire</b><br>
    L’espace francophone, tout comme les espaces non francophones, sont
    des lieux où l’on se pose la question du dialogue des cultures en
    même temps que des conflits possibles. La mobilité physique et
    virtuelle des gens et des communautés permet la migration d’idées,
    de croyances, de pensées, d’attitudes, leur changement continu dans
    une dynamique qui appelle la réflexion.<br>
    <br>
    D’un côté, la prise de conscience des différences culturelles est
    d’une importance capitale, puisque les groupes multiculturels sont
    de plus en plus fréquents dans tous les milieux sociaux et
    professionnels et on a la tendance chacun et chacune de développer
    sa propre « culture internationale ». De l’autre côté, « la culture
    de l’Autre » ou « l’art de lire / interpréter l’Autre » permet au
    sujet humain de se développer en toute liberté, pour des raisons
    diverses, libres de toute contrainte. <br>
    <br>
    Pour établir un dialogue entre les cultures dans le monde
    contemporain, il faut développer des compétences communicatives
    (inter)culturelles : <br>
    être ouvert à des perspectives variées ;<br>
    promouvoir les dialogues interculturels ;<br>
    réfléchir sur les valeurs et les comportements propres à la culture
    autochtone et à la culture des autres ;<br>
    développer et adopter des aptitudes d’observation, d’interprétation
    et de critique ;<br>
    sensibiliser aux aspects de l’utilisation de la langue déterminés
    par la culture ;<br>
    susciter une prise de conscience des différences interculturelles
    dans les valeurs, les comportements et les manières de réflexion.<br>
    <br>
    À présent, la diversité culturelle semble devenir une norme.
    L’éducation interculturelle est devenue déjà une priorité pour les
    institutions d’éducation. Dans ce contexte, il y a des questions qui
    se posent et qui visent les représentations littéraires,
    linguistiques et didactiques du contexte actuel : <br>
    Quelles seraient les stratégies à adopter face à la pluralité
    littéraire et linguistique ?<br>
    Comment les enseignants pourraient-ils répondre au défi que
    représentent les diversités culturelles ?<br>
    Quels défis d’interprétation, quelles stratégies de communication
    pour les usagers contemporains des systèmes de signes linguistiques
    et non linguistiques ?<br>
    <br>
    Pour répondre de manière argumentée à ces questions, on propose les
    pistes (non exhaustives) de recherche centrées sur la dynamique et
    les pratiques interculturelles dans le monde contemporain :<br>
    1. Identités culturelles et conflits entre cultures <br>
    2. Références littéraires, historiques, politiques <br>
    3. Langues et cultures étrangères <br>
    4. Communication interculturelle<br>
    5. Statut des langues majoritaires / minoritaires <br>
    6. Enseignement et formations interculturelles <br>
    7. Enseignement plurilingue <br>
    8. Discours des métiers, jargons, argots, néologie<br>
    9. Variétés linguistiques et traduction<br>
    10. Approches sémiotiques et rhétoriques des discours<br>
    11. Bibliophilie et édition digitale<br>
    12. Communication virtuelle et dans les réseaux sociaux<br>
    <br>
    <b>Soumission</b><br>
    Les propositions doivent comporter un résumé (300 mots environ), 4
    mots-clés et références bibliographiques et seront envoyées aux
    adresses électroniques suivantes :<br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:Elena.Costandache@ugal.ro">Elena.Costandache@ugal.ro</a><br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:Mirela.Dragoi@ugal.ro">Mirela.Dragoi@ugal.ro</a><br>
    <a class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:Alina.Ganea@ugal.ro">Alina.Ganea@ugal.ro</a><br>
    <br>
    <b>Publication</b><br>
    Les propositions retenues seront publiées dans la revue Mélanges
    Francophones, volume X, no. 13, à paraître en décembre 2016 aux
    Presses Universitaires de l’Université « Dunărea de Jos » de Galaţi,
    en Roumanie. Cette revue scientifique est indexée dans la base de
    données EBSCO. <br>
    <br>
    <b>Chronogrammes </b><br>
    1. Date limite de réception des résumés : 15 février 2016<br>
    2. Notification de décision du comité de lecture / rédaction : 28
    février 2016<br>
    3. Date limite de réception des contributions : 20 mars 2016<br>
    4. Date de publication des contributions : 15 décembre 2016<br>
    <br>
    <b>Comité scientifique</b><br>
    Mohammed ALKHATIB, Université de Nizwa, Sultanat d’Oman<br>
    Elizabeth DUROT-BOUCÉ, Université du Havre, France <br>
    Alexandra CUNIŢĂ, Université de Bucarest, Roumanie<br>
    Anna DUTKA-MANKOWSKA, Institut de Philologie Romane, Université de
    Varsovie<br>
    Muriel FENDRICH, Université du Havre, France <br>
    Anca GÂŢĂ, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie<br>
    Araceli GÓMEZ FERNÁNDEZ, Université Nationale d’éducation à
    distance, Madrid, Espagne <br>
    Marina MUREŞANU IONESCU, Université « AL. I. Cuza » Iaşi, Roumanie<br>
    Michel OTTEN, Université Catholique de Louvain, Belgique<br>
    Floriana POPESCU, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie<br>
    Zhihong PU, Université Sun Yat-sen, Chine<br>
    Lydia SCIRIHA, Université de Malte, Malte<br>
    Carmen Ştefania STOEAN, Académie des Sciences Économiques, Bucarest,
    Roumanie<br>
    <br>
    <b>Comité éditorial </b><br>
    Alina GANEA, rédacteur en chef, Université « Dunărea de Jos »,
    Galaţi, Roumanie<br>
    Elena COSTANDACHE, secrétaire de rédaction, Université « Dunărea de
    Jos », Galaţi, Roumanie<br>
    Eugenia ALAMAN, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie<br>
    Carmen ANDREI, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie <br>
    Mirela DRĂGOI, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie <br>
    Gabriela SCRIPNIC, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie<br>
    Angelica VÂLCU, Université « Dunărea de Jos », Galaţi, Roumanie<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>APPEL À CONTRIBUTIONS</b><br>
    <br>
    <b>Colloque international </b><b><br>
    </b><b>« 50 ans d’enseignement et de recherche au Département de
      français de l’Université de Tirana »</b><b><br>
    </b><b>5 mai 2016</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 26 février 2016</b></i><br>
    <br>
    À l’occasion de son cinquantenaire, le Département de français de
    l’Université de Tirana organise un Colloque international dédié à
    l’enseignement et à la recherche dans les domaines du Français
    langue étrangère, de la traduction, de la littérature  et de la
    communication. Des spécialistes de ces domaines, des professeurs,
    des chercheurs, des jeunes doctorants nationaux et internationaux
    sont invités à participer dans ce colloque en apportant les
    résultats de leurs recherches nouvelles et  leurs expériences.<br>
    Fondé en 1966, le Département de français avait pour ambition
    initiale la formation des futurs enseignants de la langue française.
    À côté de l’enseignement, l’activité du département a été
    accompagnée de nombreuses recherches scientifiques dans les domaines
    de la linguistique et de la littérature. D’illustres personnalités
    et chercheurs albanais : linguistes, hommes de lettres, publicistes,
    lexicographes, traducteurs et journalistes, ont enseigné dans ce
    département au fil des années. Actuellement, le Département offre
    des programmes d’études en enseignement, traduction/interprétation
    et communication. Il est également un centre important qui déploie
    une vaste activité scientifique, notamment par l’organisation des
    colloques et des publications scientifiques, la participation à des
    projets internationaux et la coopération avec les universités
    étrangères les plus renommées. Il joue un rôle irremplaçable à la
    propagation de la langue française et de la culture francophone. <br>
    Dans le cadre de ce colloque, les intervenants albanais et étrangers
    sont invités à s’inspirer des axes suivants : <br>
     <br>
    <b>Linguistique </b><br>
    <br>
    L’influence de la pensée théorique francophone sur la consolidation
    de l’école albanaise de linguistique. <br>
    Les questions d’étude et de recherche dans le domaine de la
    linguistique: apports et dynamiques en morphologie, syntaxe,
    sémantique, lexicologie, lexicographie, linguistique textuelle,
    analyse du discours, etc. <br>
    <br>
    <b>Didactique des langues </b><br>
    <br>
    Un regard diachronique sur l’enseignement du français dans le
    contexte albanais. <br>
    L’évolution des méthodologies, des moyens, des nouvelles
    technologies utilisées dans l’enseignement/apprentissage (TICE), des
    pratiques et des représentations des enseignants. <br>
    Le Cadre européen commun de référence (CECR) et la conception et
    l’utilisation des manuels de FLE. <br>
    Les traits de la culture d’enseignement et de la culture
    d’apprentissage de la langue étrangère à différents niveaux (du
    français précoce jusqu’au niveau universitaire). <br>
    Les aspects de l’enseignement et de la recherche en/sur le français.
    <br>
    <br>
    <b>Traduction</b><br>
    <br>
    L’histoire des traductions en Albanie : les origines et les motifs
    de la traduction, les traducteurs et les œuvres, les moments
    importants de la traduction littéraire et la place de la traduction
    dans la littérature et la culture d'accueil. <br>
    La qualité des traductions et les facteurs qui y influencent
    aujourd´hui. <br>
    Traduction universitaire versus traduction professionnelle : deux
    pratiques pédagogiques à objectifs différents, mais aux mêmes
    principes d’application. <br>
    <br>
    <b>Communication </b><br>
    <br>
    Le contexte albanais et les sciences de la communication. <br>
    Pluriculturalisme, culture et tourisme : trois priorités du futur. <br>
    La formation universitaire interdisciplinaire en fonction de la
    professionnalisation dans les domaines du tourisme et de la culture.<br>
    Les évolutions et les recherches en communication interculturelle et
    touristique.<br>
    <br>
    <b>Littérature française et francophone</b><br>
    <br>
    La réception de la littérature française et francophone en Albanie.<br>
    Le récit de soi et la (re)construction d’une identité.<br>
    L’auteur entre le Même et l’Autre, l’entre-deux culturel et social
    dans la littérature de migration. <br>
    Le jeu de mémoire face aux lieux et temps réels et lieux et temps
    reconstruits – l’effet des mots et des images.<br>
    L’enseignement du texte littéraire : réalités et perspectives.<br>
    <br>
    <b>Modalités d’organisation du colloque :</b><br>
    <br>
    1. Conférences plénières<br>
    2. Sessions de communications : (20 minutes de communication + 10
    minutes de discussions) <br>
    <br>
    <b>Modalités de soumission</b><br>
    <br>
    Un résumé de 400 mots (bibliographie obligatoire), mentionnant le
    nom de l’auteur, son institution de rattachement et son courriel. Il
    est à adresser en fichier attaché à l’adresse suivante  : <a
      class="moz-txt-link-abbreviated"
      href="mailto:colloqueunitirana2016@gmail.com">colloqueunitirana2016@gmail.com</a>
    <br>
    Langue de travail : Français, Albanais<br>
    Date limite pour la soumission des propositions : 26 février 2016.<br>
    <br>
    Notification aux auteurs des propositions : 25 mars 2016<br>
    <br>
    Publication des Actes du colloque : Les Actes du colloque seront
    édités sous forme de volume imprimé après avis favorable du comité
    scientifique.<br>
    <br>
    Frais d´inscription : 10 €<br>
    <br>
    La taxe est à payer au moment de l’inscription au colloque. <br>
    Les frais de voyage et de séjour sont à la charge des participants.
    <br>
    <br>
    <b>COMITÉ SCIENTIFIQUE </b><br>
    <br>
    Prof.Dr. Nonda Varfi, Département de français, Université de Tirana<br>
    Prof.Dr. Drita Hadaj, Département de français, Université de Tirana<br>
    Prof.Dr. Raul Lilo, Département de français, Université de Tirana<br>
    Prof.Dr. Andromaqi Haloçi, Département de français, Université de
    Tirana<br>
    Prof.Dr. Saverina Pasho, Département de français, Université de
    Tirana<br>
    Prof.Dr. Esmeralda Kromidha, Département de français, Université de
    Tirana<br>
    Prof.Dr. Eldina Nasufi, Département de français, Université de
    Tirana<br>
    Prof.Dr. Carmen Stoean, Académie des sciences économiques,
    département des langues romanes, Bucarest, Roumanie<br>
    Prof.Dr. Georges Antoniadis, Université Stendhal-Grenoble 3, France<br>
    Professeur Assistant Christian Papas,  Département de Traduction, de
    Langues Etrangères et d'Interprétation, Université Ionienne, Corfou<br>
    Prof.Asoc. Dr. Alba Frashëri, Département de français, Université de
    Tirana <br>
    Prof.Asoc.Dr. Lorena Dedja, Département de français, Université de
    Tirana<br>
    <br>
    <b>COMITÉ D’ORGANISATION</b><br>
    <br>
    Prof. Asoc. Dr. Lorena Dedja<br>
    Prof.Asoc. Dr. Alba Frashëri<br>
    Dr. Drita Rira<br>
    Dr. Fjoralba Dado <br>
    Dr. Laureta Mema<br>
    <br>
    <br>
    <b> BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
      Nouveau site: <a class="moz-txt-link-freetext"
        href="http://framonde.auf.org/">http://framonde.auf.org/</a></b><span
      style="font-size: 10pt; font-family:
      "Verdana","sans-serif";"></span>
  </body>
</html>