<html>
  <head>
    <meta http-equiv="content-type" content="text/html;
      charset=ISO-8859-1">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
      <br>
    </b><b>APPEL À CANDIDATURES    </b><b><br>
    </b><b>OIF - Coordonnateur du programme de renforcement du français
      à la Commission de l’Union africaine (CUA)</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 20 février 2015</b></i><br>
    <br>
    L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 57 États
    et gouvernements membres et 20 observateurs répartis sur les cinq
    continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le
    français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage
    de la langue française et de valeurs universelles, elle œuvre au
    service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du
    développement durable.<br>
     <br>
    Titre du poste :      Coordonnateur du programme de renforcement du
    français à la Commission de l’Union africaine (CUA)<br>
    Lieu d'affectation :      Addis-Abeba<br>
    Statut et grade :      Poste à recrutement international (niveau
    grade P3-1/ P3-6 selon les qualifications du candidat)<br>
    Durée de l'engagement :      Contractuel sur projet, 1 an
    renouvelable, assortie d’une période probatoire de 3 mois<br>
    Traitement annuel de base :      Entre 43 154 euros et 49 629 euros,
    selon l’expérience<br>
    Ajustement annuel de poste :      Entre 3 053 euros et 3 511 euros,
    selon l’expérience<br>
    <br>
    Autres avantages :<br>
    En cas de recrutement en dehors du lieu d’affectation : prise en
    charge du transport aller-retour du lieu de recrutement au lieu
    d’affectation (+ indemnité de première installation) ;<br>
    Allocations et indemnités et participation au régime de prévoyance<br>
    Date limite d'envoi des candidatures :      20/02/2015<br>
    Numéro de l'appel à candidatures :      AC/DRH, N°05/2015 du 6
    février 2015<br>
     <br>
    <b>FONCTIONS PRINCIPALES</b><br>
    <br>
    La nouvelle programmation quadriennale de l’OIF (2015-2018) fait de
    la promotion de la langue française et de la diversité linguistique
    sur la scène internationale une priorité qui se traduit notamment
    par des actions de formation, de sensibilisation et de mise en
    réseau d’expertises au bénéfice des organisations régionales et
    internationales partenaires de l’OIF, au premier rang desquelles
    l’Union africaine.<br>
    <br>
    Dans ce cadre, la Direction de la langue française et de la
    diversité linguistique de l'OIF (DLF) est à la recherche d’un(e)
    candidat(e) pour occuper le poste de Coordonnateur/trice du
    programme de renforcement du français à la Commission de l’Union
    africaine basée à Addis-Abeba. La personne appelée à occuper cette
    fonction sera placée auprès de la Représentation permanente de l’OIF
    auprès de l’Union africaine et de la Commission Économique pour
    l’Afrique (RPUA) dont elle dépendra administrativement et
    travaillera, pour ce qui est de la mise en œuvre de la programmation
    2015-2018, sous l’autorité de la Direction de la langue française et
    de la diversité linguistique et, au sein de celle-ci, de l’équipe –
    programme chargée de la promotion du français dans les relations
    internationales (FRI) basée au siège de l’OIF à Paris. Elle
    disposera d’un bureau au Cabinet du Vice-Président de la CUA qui lui
    permettra autant que de besoin des contacts directs avec la
    Commission de l’Union africaine. La personne appelée à occuper cette
    fonction aura notamment pour mandat de :<br>
    <br>
    - contribuer en lien avec la DLF et sous sa supervision, à la
    conception, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des
    différents projets relatifs au programme de renforcement du français
    à la CUA (coordination et organisation au bénéfice des
    fonctionnaires et hauts-fonctionnaires de la CUA, de formations au
    français des relations internationales, de formations techniques et
    thématiques en français, de formations à la traduction et à
    l’interprétation dans le cadre du Réseau francophone des traducteurs
    et interprètes de conférence etc.) ;<br>
    - contribuer à la conception et à la valorisation des documents
    stratégiques, de programmation et de concertation (notes de cadrage,
    de synthèse et d’opportunité, états et bilans opérationnels,
    rapports d’activité, etc.) relatifs à ce programme ;<br>
    - assurer le suivi budgétaire du programme à la CUA, fournir des
    indicateurs et proposer de nouvelles actions pour accroître la
    pertinence du programme ;<br>
    - développer des partenariats avec les acteurs impliqués et
    participer à la recherche de financement ;<br>
    - faciliter le développement de réseaux d’expertise francophone ;<br>
    - produire des éléments de langage sur différents sujets relatifs à
    la promotion du français et du multilinguisme en lien avec le
    contexte de l’Union africaine;<br>
    - effectuer, sous l’autorité du Représentant permanent auprès de
    l’Union africaine, la préparation et le suivi des travaux du Groupe
    consultatif des ambassadeurs francophones ;<br>
    - s’acquitter de toute autre tâche, notamment de représentation,
    confiée par le Représentant permanent auprès de l’Union africaine et
    de nature à faciliter le fonctionnement du programme, le rayonnement
    du français et la promotion du multilinguisme dans les organismes
    internationaux basés à Addis-Abeba<br>
    <br>
    Le programme de renforcement du français à la CUA étant tributaire
    de financements externes, la personne recrutée se verra proposer un
    contrat « sur projet » limité à la durée des financements obtenus.
    Elle sera intégrée administrativement à la RPUA et, pour les
    contenus du programme de renforcement du français à la CUA, recevra
    des instructions de la DLF via l’équipe – programme chargée de la
    promotion du français dans les relations internationales (FRI).<br>
    <br>
    <b>CRITÈRES ESSENTIELS</b><br>
     <br>
    Le/la candidat(e) au poste doit :<br>
    <br>
    - être ressortissant(e) d’un Etat ou gouvernement membre de l’OIF ;<br>
    - être titulaire d’un diplôme universitaire ou d'études supérieures
    de niveau master (bac + 5) dans le domaine de l’ingénierie et de la
    didactique du français langue étrangère, des politiques
    linguistiques, des sciences humaines ou relations internationales ou
    dans un domaine équivalent. Une expérience dans le domaine de la
    coopération multilatérale serait un atout ;<br>
    - avoir une expérience professionnelle d’au moins cinq ans en
    gestion de projets de coopération linguistique dans le cadre
    d’organismes de coopération bilatérale ou multilatérale ou
    d’organisations non-gouvernementales ;<br>
    - avoir une connaissance approfondie du domaine de la coopération
    linguistique internationale et des politiques linguistiques mises en
    œuvre par les organisations régionales et internationales ;<br>
    - maîtriser les méthodes de conduite de projet et de leur évaluation
    ;<br>
    - maîtriser les méthodes et pratiques de la gestion axée sur les
    résultats (GAR) ;<br>
    - avoir une connaissance approfondie des objectifs et des structures
    de la Francophonie et des autres organisations internationales :<br>
    - avoir une parfaite maîtrise de la langue française, d’excellente
    capacités de rédaction, de synthèse et d’expression orale ainsi
    qu’une maîtrise courante de deux des langues de travail (dont
    l’anglais) en vigueur à l’Union africaine ;<br>
    - avoir une très bonne connaissance des logiciels usuels de travail
    ;<br>
    - disposer de qualités relationnelles et savoir travailler dans un
    environnement multiculturel ;<br>
    - avoir un sens aigu des responsabilités ainsi qu’une aptitude à
    travailler en équipe et à respecter des délais très courts.<br>
    <br>
    La personne retenue pourra être engagée à un grade inférieur à celui
    indiqué sur l’avis de vacance de poste en fonction de son expérience
    professionnelle.<br>
    <br>
    Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s par le Comité
    consultatif de recrutement seront contacté(e)s. Seules les
    candidatures enregistrées en ligne avec un Curriculum vitae et une
    lettre de motivation seront examinées.<br>
    <br>
    L’Organisation internationale de la Francophonie est une
    organisation non-fumeur. Une attention particulière sera apportée
    aux candidatures féminines ainsi qu’aux candidatures émanant des
    ressortissants d’États et de gouvernements membres non représentés
    ou sous-représentés au sein de l’Organisation.<br>
    <br>
    L’âge de départ à la retraite au sein de l’Organisation est fixé à
    60 ans.<br>
    <br>
    URL de l'annonce:
    <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://oif.profilsearch.com/recrute/fo_annonce_voir.php?id=80">http://oif.profilsearch.com/recrute/fo_annonce_voir.php?id=80</a><br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>APPEL À CANDIDATURES</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Université Simon Fraser, Burnaby, Colombie-Britannique
      (Canada)</b><b><br>
    </b><b>Bureau des affaires francophones et francophiles</b><b><br>
    </b><b>Poste de directeur adjoint ou directrice adjointe</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 6 mars 2015</b></i><br>
    <br>
    Le Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF),
    conjointement avec la Faculté d’éducation (FoE), de l’Université
    Simon Fraser, Burnaby, Colombie-Britannique, sollicite des
    candidatures pour un poste de directeur adjoint ou de directrice
    adjointe.<br>
    <br>
    Le BAFF a pour mission de développer, coordonner et promouvoir des
    programmes et des cours offerts en langue française au sein des
    facultés de l’Université Simon Fraser afin de répondre aux besoins
    éducatifs postsecondaires des communautés francophone et francophile
    de la Colombie-Britannique. Le BAFF développe et maintient des liens
    avec les communautés francophones et francophiles en
    Colombie-Britannique, au Canada et à l’étranger. Il organise aussi
    des activités culturelles pour stimuler le rayonnement du français
    le plus largement possible. <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="http://www.sfu.ca/baff-offa">www.sfu.ca/baff-offa</a> <br>
    <br>
    <b>Responsabilités du directeur adjoint ou de la directrice adjointe</b><br>
    Le directeur adjoint ou la directrice adjointe du Bureau des
    affaires francophones et francophiles (BAFF) travaillera de près
    avec la directrice du BAFF et aura la responsabilité d’assurer le
    développement, la coordination et la promotion des programmes (1er,
    2e et 3ecycles) offerts en langue française à la Faculté d’éducation
    de l’Université Simon Fraser, afin de répondre aux besoins post<br>
    secondaires des étudiants et étudiantes francophones et
    francophiles.<br>
    <br>
    <b>Description du poste</b>:
    <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.sfu.ca/baff-offa/fr/news/142/">http://www.sfu.ca/baff-offa/fr/news/142/</a><br>
    <b>Fichier pdf</b>:
<a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.sfu.ca/baff-offa/media/uploads/BAFF-FoE_Poste_de_directeur_adjoint_ou_directrice_adjointe.pdf">http://www.sfu.ca/baff-offa/media/uploads/BAFF-FoE_Poste_de_directeur_adjoint_ou_directrice_adjointe.pdf</a><br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>PROROGATION DE L'APPEL À CONCOURS DU RÉSEAU CLEFs-AMSud</b><b><br>
    </b><b>"Posters numériques scientifiques en ligne"</b><b><br>
    </b><b><a class="moz-txt-link-freetext" href="http://jeuneschercheurs2015.wix.com/clefs-amsud">http://jeuneschercheurs2015.wix.com/clefs-amsud</a></b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 1er mars 2015</b></i><br>
    <br>
    <b>Nouveau calendrier</b><br>
    Soumission des posters jusqu'au 01/03/2015<br>
    Publication des résultats le 31/03/2015<br>
    <br>
    Adresse d'expédition des dossiers (poster, attestation d'inscription
    en cours dans une université d'Amérique Latine, identité) :
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:concoursjeuneschercheurs@gmail.com">concoursjeuneschercheurs@gmail.com</a><br>
    <br>
    <b>Prix</b><b><br>
    </b><b>Prix international</b><br>
    <br>
    Les posters classés en première position dans chaque catégorie
    auront droit à une bourse remise par l´Agence universitaire de la
    Francophonie (par transfert, selon les modalités techniques et
    légales permises par les pays concernés) :<br>
    <br>
    - Classé premier dans la catégorie Licence,  : une bourse de 500
    euros destinée à l´achat d´un outil pour la recherche (enregistreur
    numérique; ordinateur ...), ou d´ouvrages scientifiques ou
    littéraires en français;<br>
    <br>
    - Classé premier dans la catégorie Master (Maestria/Mestrado) : une
    bourse de 800 euros destinée à l´achat d´un outil pour la recherche
    (enregistreur numérique; ordinateur ...), d´ouvrages scientifiques
    ou littéraires en français, ou à des frais de voyage pour
    participation à une manifestation scientifique;<br>
    <p style="font-size: 15px;" class="font_7"><span
        style="font-size:15px;">- Catégorie Doctorat :</span></p>
    <ul class="font_7">
      <li>
        <p style="font-size: 15px;" class="font_7"><span
            style="font-size:15px;">Classé premier : une bourse de 1200
            euros destinée à l´achat d´un outil pour la recherche
            (enregistreur numérique; ordinateur ...),  d´ouvrages
            scientifiques ou littéraires en français ou à des frais de
            voyage pour participation à une manifestation scientifique
            ou un stage doctoral;</span></p>
      </li>
      <li>
        <p style="font-size: 15px;" class="font_7"><span
            style="font-size:15px;">Classé deuxième, mention d´honneur :
            une bourse de 500 euros destinée à l´achat d´un outil pour
            la recherche (enregistreur numérique; ordinateur ...),
             d´ouvrages scientifiques ou littéraires en français ou à
            des frais de voyage pour participation à une manifestation
            scientifique ou un stage doctoral.</span></p>
      </li>
    </ul>
    <b>Prix national</b><br>
    <br>
    Prix national pour le Brésil en partenariat avec le Consulat Général
    de Suisse à São Paulo et le Bureau du Québec à São Paulo<br>
    Les candidats brésiliens les mieux classés dans chaque catégorie,
    recevront un prix spécial<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <br>
    <br>
    <b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Didactique(s) du français entre langue d’enseignement et
      langue enseignée : statut(s), approche(s) et innovation</b><b><br>
    </b><b>Colloque 29 et 30 mai 2015 </b><b><br>
    </b><b>à la Faculté des Sciences de l’éducation à Rabat (Maroc)</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 15 mars 2015 </b></i><br>
    <br>
    <b>Argumentaire</b><br>
    <br>
    L’actualité de l’enseignement des langues est focalisée autour des
    performances du système éducatif, particulièrement en matière
    d’enseignement/apprentissage des langues, qui donnent lieu à des
    évaluations variables. Et les discours autour de la Didactique des
    langues en général n’impliquent plus exclusivement les acteurs
    directs de la formation et de la recherche, constamment animés par
    la volonté de proposer de meilleures façons d’enseigner celles-ci.<br>
    <br>
    Il convient donc d’opérer un examen systématique de l’intégralité
    des philosophies, des théories, des méthodes, des manières de faire
    et des objectifs résidant derrière nos activités d’usagers,
    d’enseignants et de penseurs des Didactiques des langues, notamment
    de la Didactique du français. <br>
    <br>
    Nous disons ‘notamment’ pour des raisons objectives, bien que nous
    soyons conscients qu’une posture de la recherche, ce qui a souvent
    été ignoré, doit reposer sur la transversalité et sur
    l’interdisciplinarité, dans toutes leurs dimensions :   <br>
    i)  Interdisciplinarité de la didactique des langues enseignées au
    Maroc. Les enseignements de l’arabe, de l’amazigh, du français, de
    l’espagnol, de l’allemand, etc. sont chacun organisés en territoire
    autonome, verticalement relié avec l’un ou l’autre des
    commanditaires, ou avec l’un et l’autre des partenaires ; <br>
    ii)  Interdisciplinarité transversale avec les disciplines en
    concaténation ou en concomitance dans tout projet de formation ou
    curriculum. Beaucoup d’activités d’apprentissage de l’organisation
    de l’information, du raisonnement et des capacités critiques sont
    confiées à l’apprentissage des langues. Des transferts d’approches
    entre une langue et une autre sont effectués, mais ils ne sont ni
    analysés ni rectifiés et, donc, on n’évalue pas à leur juste portée
    leurs impacts sur l’apprentissage des deux langues et des deux
    cultures ; <br>
    iii) Interdisciplinarité entre les différents aspects de
    l’enseignement du français, éclaté en secteurs d’objets ou objectifs
    d’enseignement-apprentissage du français : FLE, FOS, FOU, FA, … où
    la spécification de la matière enseignée mêle, sans pouvoir les
    distinguer, des raisons politiques, curriculaires, didactiques,
    sociolinguistiques, relatives aux exigences de la formation, etc. <br>
    <br>
    La réflexion autour de ces aspects risque fort de devenir encore
    plus complexe, si l’on y ajoute un fait culturel et épistémologique
    ‘’inédit’’ (en tout cas guère plus interrogé sous nos cieux, ou dans
    notre discipline) : en même temps que la question de
    l’enseignement/apprentissage des langues à des fins de formation,
    comment peut-on revenir aux fondements et reprendre des questions
    récurrentes du type : comment allier une science à une langue ?
    Comment enseigner une culture et une manière de percevoir le monde, 
    de penser celui-ci, et d’associer les deux à l’enseignement d’une
    langue ? …  Dans ce sens, le retour à l’enseignement de la
    terminologie ne devrait-il pas être interrogé du point de vue de la
    cohésion de la science et de la systématicité méthodique des
    savoirs ; ne présente-t-il pas, par exemple, le risque de
    transformer les  systèmes de connaissance en paradigmes lexicaux 
    détournés de toute validité épistémologique ? Ne faudrait-il pas
    s’orienter vers un enseignement des technolectes qui offrent
    l’avantage d’englober la terminologie, les phraséologies et les
    aspects discursifs et méthodologiques particuliers à telle ou telle
    discipline ?<br>
    <br>
    Il faudrait peut-être aussi évoquer, à cet effet, la posture de
    l’étudiant. Quelle est sa place dans toutes les tentatives, réussies
    ou pas, d’amélioration de l’acquisition des langues ? L’intégration
    de l’apprenant ne pourra être abordée qu’à partir d’un autre
    axe-question, la dichotomie enseignement du/par le français … deux
    langues françaises, peut-on se demander, qui se confondent sur le
    terrain ? Autrement dit, comment aborder les deux ‘’français’’ ? Il
    en serait de même pour une autre langue, ou pour trois langues
    abordées simultanément et de façon interdisciplinaire en tenant
    compte des différences conditionnelles qui pourraient exister entre
    les deux. Nous proposons de reposer la question en réétudiant le
    rapport des apprenants à cette/ces langue/s, et donc le rapport de
    ceux-ci aux méthodes de travail en général, leur rapport à leur
    tracé de carrière et, enfin, leur rapport aux sciences pour
    lesquelles ils ont opté, tels que ces rapports sont modifiés,
    améliorés ou modalisés par l’apprentissage des langues évoquées.
    Particulièrement dans un contexte universitaire, marocain ou
    étranger, où l’autodidaxie estudiantine est peu favorisée. <br>
    <br>
    La question de la Didactique du français, et celle des autres
    langues, se découpe sur une toile de fond assez complexe, dont les
    axes suivants pourraient aider à percevoir la portée :<br>
    <b><br>
    </b><b>Axe 1</b> : Quels sont les besoins actuels en apprentissage
    des langues, quelles sont les exigences en termes de compétences
    transversales et comment l’apprentissage des langues, dont le
    français, peut-il aider à y satisfaire ? <br>
    <b><br>
    </b><b>Axe 2</b> : Quels types de réponses peut-on apporter à ces
    questions, selon le statut du français, sa fonction, sa place dans
    la formation, le niveau enseigné, le type de public, les approches
    choisies ? Quelles solutions statutaires, disciplinaires,
    interdisciplinaires peut-on en induire ? <br>
    <br>
    <b>Axe 3</b> : Quels pourraient être les rôles, les initiatives et
    les stratégies des différents acteurs impliqués dans l’enseignement
    /apprentissage des langues ?<br>
    <br>
    <b>Axe 4</b> : Quelles sont les  multiples exploitations des
    ressources numériques pour l’éducation et des technologies de la
    communication pour l’enseignement-apprentissage des langues ?  <br>
    <br>
    Le colloque se donne comme tâche de traiter de ces questions et de
    toutes autres attenantes. <br>
    <br>
    Langues de communication : Arabe/français <br>
    <br>
    <b>Comité scientifique</b><br>
    AMARGUI Lahcen <br>
    BAHMAD Malika <br>
    BELLAKHDAR Abdelhaq <br>
    BLANCHET Philippe <br>
    CIRCUREL Francine <br>
    CUQ   Jean Pierre <br>
    DEFAYS  Jean-Marc <br>
    EL BEKRAOUI Naima <br>
    ENEAU Jérôme    <br>
    GHOUATI Sanae <br>
    GROBOIS Muriel  <br>
    GUICHON    Nicolas <br>
    KADDOURI Mehdi <br>
    KADI Latifa   <br>
    KEMBOUCHE Mohammed <br>
    LEPEZ  Brigitte <br>
    MABROUR Abdelouahed <br>
    MANGIANTE Jean-Marc <br>
    MESKINE Driss <br>
    MESSAOUDI Laila <br>
    MGHARFAOUI Khalil <br>
    MILED  Mohamed <br>
    NARCY-COMBES Jean-Paul <br>
    NARCY-COMBES Marie-Françoise <br>
    RISPAIL Marielle <br>
    TAZI Chakib <br>
    ZERROUK Sondes  <br>
    <br>
    <b>Comité d’organisation</b><br>
    BAHMAD Malika<br>
    BELHAJ Abdelhanine<br>
    BELLAKHDAR Abdelhaq <br>
    CORTIER Claude<br>
    EL BEKRAOUI Naima<br>
    MABROUR Abdelouahed <br>
    MGHARFAOUI Khalil <br>
    PENILLA Frédérique<br>
    TREZEUX Guy<br>
    <br>
    <b>Propositions de communication </b><br>
    Elles feront l’objet d’un résumé de 500 mots maximum permettant
    d’apprécier la problématique de la recherche et ses modalités de
    mise en œuvre, et seront accompagnées d’une bibliographie succincte.
    Elles seront soumises au comité scientifique qui se prononcera sur
    la pertinence et la rigueur scientifique des soumissions.<br>
    <br>
    <b>Calendrier</b><br>
    Publication de l’appel à communication : 05 février 2015 <br>
    Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2015 <br>
    Retour après expertise par le comité scientifique : 15 avril 2015 <br>
    <br>
    <b>Adresse du colloque</b><br>
    Les propositions de communication sont à envoyer par courriel  à
    l’adresse suivante : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:colloqueremaddif2015@gmail.com">colloqueremaddif2015@gmail.com</a><br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b><br>
    <b> </b> <span style="font-size: 10pt; font-family:
      "Verdana","sans-serif";"></span>
  </body>
</html>