<html>
  <head>
    <meta http-equiv="content-type" content="text/html;
      charset=ISO-8859-1">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
    </b><br>
    <b><b> </b> <b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
      </b><br>
    </b><b>Les imaginaires de la francophonie</b><b><br>
    </b><b>Journées de la Francophonie, Iaşi (Roumanie), 27-28 mars 2015</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite : 20 décembre 2014</b></i><br>
    <br>
    Pour fêter les 20 ans du colloque francophone de Iaşi, nous vous
    proposons une réflexion sur les mythes d’hier, les mythes
    d’aujourd’hui, la nostalgie et la créativité, étant donné que le
    cortège des constructions imaginaires revient en force sur le devant
    de la scène. Les univers symboliques ont ceci de particulier qu’ils
    articulent des discours ouverts qui aimantent des figures multiples,
    qui éclatent et se recomposent, édifiant de nouveaux mondes à partir
    de vestiges communs à nous tous. Inconscient collectif, inconscient
    de la langue, peut-on parler d’un renouveau de l’imaginaire, de la
    réinterprétation et des métamorphoses des mythologies, ou des deux à
    la fois ? Y a-t-il un « fonds francophone » de l’imaginaire ? Quels
    en seraient les origines, les ressources, la capacité d’absorption
    et d’innovation ?<br>
    L’imaginaire est une matière vivante, flexible, modulable à volonté,
    terreau fertile nourrissant des images et des énergies avec
    lesquelles on n’a pas fini de jouer. Les mythes – qu’ils soient
    anciens ou modernes – nous définissent dans nos rapports au monde, à
    la langue, à l’autre. Ils sont au cœur de l’écriture de
    l’imaginaire, « un pont entre les rives du même et de l’autre »
    (selon le philosophe Jean-Pierre Vernant). Cet autre est également
    le lecteur, entraîné dans la reconnaissance des figures de
    l’imaginaire que l’auteur lui propose, dans leur imbrication, dans
    leur interprétation selon sa formation, sa compétence culturelle,
    ses affinités, sa propre capacité fabulatoire.<br>
    <br>
    La langue d'écriture fait des œuvres un lieu d'expérimentation sur
    le langage, défiant la capacité de celui-ci à absorber et à exprimer
    des notions nouvelles, à faire entrer le lecteur francophone dans un
    champ de sensations différentes. Et cependant, si le monde
    francophone est progressivement devenu un système cohérent, il n’y a
    plus de radicalement autre, il n’y a plus d’étrangeté frappante,
    mais bien un éventail de combinaisons multiples d’images et de
    structures, une organisation originale avec des éléments familiers.
    La francophonie serait ainsi une forma mentis transversale, qui
    construit incessamment des formes inédites avec des « briques »
    symboliques communes. A une époque qui cherche désespérément ses
    repères et rêve d’unité retrouvée, la francophonie, en tant
    qu’espace de la diversité partagée, peut représenter un paradigme
    parlant de l’imaginaire de toutes les cultures. <br>
    <br>
    En outre, n’oublions pas qu’en 2015 nous célébrons le centenaire de
    la naissance de Roland Barthes, dont la figure et l’œuvre sont
    toujours au cœur d’une actualité scientifique et culturelle
    particulièrement féconde, que nous vous invitons à revisiter dans
    ses formes plurielles.<br>
    <br>
    <b>Axes de réflexion</b><br>
    Mythologies littéraires<br>
    Imaginaire de la langue<br>
    Les « mythologies » de Roland Barthes<br>
    La France et la francophonie, enjeu multiculturel<br>
    Identités imaginaires en français<br>
    Créations multiples, imaginaire commun<br>
    L’ici et l’ailleurs de la langue<br>
    La langue française, entre pratique et représentations<br>
    <br>
    <b>Organisateurs</b><br>
    Département de Français – Faculté des Lettres, Université «
    Alexandru Ioan Cuza » de Iaşi<br>
    Institut Français de Roumanie – Iaşi<br>
    Association Roumaine des Départements Universitaires Francophones
    (ARDUF)<br>
    Association Roumaine des Professeurs de Français (ARPF)<br>
    Inspectorat scolaire départemental Iaşi<br>
    Centre de réussite universitaire (CRU) – Université « Alexandru Ioan
    Cuza » de Iaşi<br>
    <br>
    <b>Calendrier</b><br>
    Date limite de soumission des résumés : 20 décembre 2014<br>
    Notification des acceptations : 22 décembre 2014<br>
    Programme préliminaire : 30 janvier 2015<br>
    Programme définitif : 1er mars 2015<br>
    <br>
    <b>Soumission</b><br>
    Les propositions d’environ 500 mots suivis d’une brève bibliographie
    sont à envoyer pour le 20 décembre 2014, sous forme électronique, à
    Mme Diana Gradu (<a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:dianagradu@yahoo.com">dianagradu@yahoo.com</a>).<br>
    <br>
    <b>Contact</b><br>
    Courriel : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:jdlfi@yahoo.fr">jdlfi@yahoo.fr</a><br>
    Facebook : Journées de la Francophonie<br>
    <br>
    <b>Taxe de participation (à régler si la proposition de
      communication est retenue)</b><br>
    60 EUR (programme, pauses café, cocktail et publication de la
    communication dans les Actes du colloque) / 35 EUR (pour les membres
    ARDUF et ARPF).<br>
    <br>
    <b>Transport et hébergement</b><br>
    Les frais de voyage et de séjour à Iaşi sont à la charge des
    participants. Les organisateurs peuvent assurer des réservations à
    la Résidence Internationale de l’Université « Alexandru Ioan<br>
    Cuza » de Iaşi (40 EUR/nuit), dans la limite des places disponibles.<br>
    <br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
      <br>
    </b> <b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
    </b><b> </b><b><br>
    </b><b>Débats sur l’argumentation entre théorie et pratique</b><b><br>
    </b><b>Colloque international</b><b><br>
    </b><b>14-15 avril 2015</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><b>Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche
      scientifique</b><b><br>
    </b><b>Centre universitaire de Relizane, Algérie</b><b><br>
    </b><b>Faculté des lettres et des langues  Laboratoire Langue et
      communication « TAWASSOL »</b><br>
    <br>
    <b><i>Date limite: 20 décembre 2014</i></b><br>
    <br>
    Le laboratoire : langue et communication « TAWASSOL » et la faculté
    des lettres et des langues du Centre Universitaire De
    Relizane/Algérie invitent les chercheurs et académiciens à la
    participation au colloque international :   Débats sur
    l’argumentation entre théorie et pratique, prévu les 14 et 15 avril
    2015.<br>
    <br>
    <b>Axes du colloque :</b><br>
    <b>Axe théorique</b> : Les théories argumentatives et leur relation
    avec la recherche en sciences humaines.<br>
    <b>Axe pratique</b> : cet axe traite la problématique de l’analyse
    argumentative du discours à travers l’approche de six types de
    discours à savoir : le discours coranique, le discours poétique, le
    discours visuel et publicitaire, le discours juridique, le discours
    journalistique et le discours politique.<br>
    <br>
    <b>Important :</b><br>
    Le thème de l’article ou le résumé du travail doit impérativement
    faire partie des axes proposés.<br>
    Ne sont acceptées que les communications individuelles.  <br>
    La date limite de l’envoi des résumés est fixée par le comité de
    lecture au 20 décembre 2014.<br>
    Le résumé doit contenir entre 200 et 400 mots maximum, à envoyer
    joint du CV du chercheur.<br>
    Les articles complets sont à envoyer avant le 20 février 2015, date
    limite.<br>
    Les intervenants recevront des réponses définitives de la part du
    comité de lecture avant le 28 Février 2015.<br>
    L’article final et complet doit contenir entre 4000 et 7000 mots
    maximum.<br>
    Les critères de rédaction des articles ainsi que ceux de la
    présentation des communications seront envoyés aux intervenants.<br>
    Le comité de rédaction accepte les propositions rédigées en langues
    arabe, française et anglaise.<br>
    Les organisateurs du colloque assurent la totale prise en charge, à
    savoir l’hébergement et la restauration des intervenants.<br>
    Toutes les propositions de communications sont à envoyer au courriel
    du coordinateur du colloque, le Docteur MEFLAH Benabdellah, à
    l’adresse qui suit : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:meflahbenabdellah@yahoo.fr">meflahbenabdellah@yahoo.fr</a><br>
    <br>
    <b><br>
      BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
      <br>
    </b><b><b>APPEL À COMMUNICATIONS</b><b><br>
      </b> <br>
    </b><b>Journée d’étude « Le corpus, un matériau triplement observé »</b><b><br>
    </b><b>Centre universitaire de Relizane (Algérie)</b><b><br>
    </b><b><br>
    </b><i><b>Date limite: 31 décembre 2014</b></i><br>
    <br>
    <b>Argumentaire :</b><br>
    <br>
    Si l’on se réfère à la définition du corpus donnée par le trésor de
    la langue française, nous y trouverons « Recueil réunissant ou se
    proposant de réunir, en vue de leur étude scientifique, la totalité
    des documents disponibles d'un genre donné, par exemple
    épigraphiques, littéraires, etc. » (CNRTL, centre national de
    ressources textuelles et lexicales).  Que l’on parle de corpus
    différentiels, de corpus tandem, de corpus LANCOM (langue et
    communication) ou de corpus PFC (phonologie du français
    contemporain), nous nous référons toujours à un support écrit,
    audio, vidéo ou numérisé autour duquel tout chercheur devrait
    catalyser sa réflexion.<br>
    <br>
    Le corpus constitue la pierre angulaire qui articulera toute la
    recherche sur un ensemble de données exploitable avec à chaque fois
    une approche différente. Il permet soit à l’élaboration d’une
    réflexion empirico-déductive ou rhétorico-inductive. Cependant, ce
    matériau de recherche est redéfini à chaque fois qu’il est manipulé
    dans un domaine ou un autre lui donnant des configurations
    différentes les unes que les autres.<br>
    <br>
    En littérature, c’est l’observation et l’analyse circonstanciée des
    manuscrits qui permettent de rassembler un certain nombre de
    documents sous la désignation de corpus. Il est en définitive
    considéré comme un mode de catégorisation et de caractérisation
    d’ensembles d’éléments textuels se rapportant à un même thème et à
    un type d’écrit. <br>
    <br>
    Tout le monde s’accorde à dire que le corpus est un observable
    nécessaire en linguistique, il est considéré par Sinclair comme « un
    ensemble de morceaux de langue qui sont sélectionnées et ordonnées
    selon des critères linguistiques explicites, afin d'être utilisé
    comme un échantillon de la langue » (J. Sinclair, 1991). <br>
    <br>
    En didactique, une multitude de données écrites ou orales constitue
    une plate-forme singulière et propice à l’élaboration d’un processus
    d’enseignement-apprentissage qui ne s’effectue que grâce à un
    travail en amont nécessitant la collecte de données ou le recueil du
    corpus. <br>
     <br>
    <b>Questionnement : </b><br>
    <br>
    Cette journée d’étude sera l’occasion de cibler le corpus en tant
    que noyau central de nos réflexions en s’interrogeant sur sa
    définition, sa typologie et la façon de le collecter dans les trois
    disciplines (sciences des textes littéraires, sciences du langage et
    les sciences d’enseignement).  Ça sera aussi l’occasion de présenter
    les différentes facettes d’un élément indispensable au travail
    scientifique en essayant à chaque fois de trouver les réponses aux
    questions qui suivent : <br>
                           -Comment le corpus est-il pris en charge dans
    chaque discipline ?<br>
                           -Pourrions-nous s’affranchir totalement ou en
    partie du corpus à l’air du numérique?<br>
                           -Y aurait-il un corpus suffisamment grand ou
    suffisamment petit pour les trois sciences à savoir en littérature,
    en didactique ou en linguistique ?<br>
                           -Pourrions-nous privilégier un type de corpus
    par rapport à un autre ?<br>
    <br>
    Ainsi, nous proposons trois axes d’intervention pour mettre en
    lumière les questions précédemment citées :<br>
                         Axe 01 : Le rôle du corpus et sa
    hiérarchisation dans le travail de recherche<br>
                         Axe 02 : La typologie du corpus et ses
    répercussions méthodologiques<br>
                         Axe 03 : Repérage et méthode de recueil du
    corpus<br>
    <br>
    Les propositions de communication (un titre suivi d'un résumé de 500
    à 800 caractères, accompagné éventuellement de références) sont à
    envoyer à l’adresse électronique suivante: <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:sbengoua@yahoo.fr">sbengoua@yahoo.fr</a> <br>
    <br>
    <b>Comité d’organisation :</b><br>
    S. BENGOUA, N. BERREHAL, M. SAHI, L. BENKHETTAB, K. AIT YAHIA, L.
    BENDREF, K. KAZDALI<br>
    <br>
    <b>Calendrier :</b><br>
    Date limite de réception des propositions : 31/12/2014<br>
    Date de notification de l’acceptation ou de refus : 31/01/2015<br>
    Date de la tenue de la journée d’étude:  23 février 2015<br>
    <br>
    <b> <br>
      BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
      <br>
    </b> <span style="font-size: 10pt; font-family:
      "Verdana","sans-serif";"></span>
  </body>
</html>