<!DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN">
<html>
  <head>

    <meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=ISO-8859-1">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE<br>
    </b><br>
    <br>
    <b>Appel à communication</b><br>
    <br>
    Le REJ- réseau d´études sur le journalisme (<a
      class="moz-txt-link-freetext" href="http://surlejournalisme.com/">http://surlejournalisme.com/</a>),
    organise avec ses partenaires brésiliens, le 2º Colloque
    international "Changements structurels dans le journalisme" (MEJOR –
    2013)<b><br>
      <br>
      Thème : Statuts, carrières, routines</b><br>
    <br>
    Natal, Rio Grande do Norte (Brésil), du 7 au 10 mai 2013<br>
    <br>
    <i>Date limite : 15 novembre 2012</i><br>
    <br>
    Organisé par : Université fédérale du Rio Grande do Norte (UFRN) et
    Université de l’Etat du Rio Grande do Norte (UERN)<br>
    Collaboration : Département de communication sociale de l’UFRN,
    Faculté de communication de l’Université de Brasília (UnB), Réseau
    d’études sur le journalisme (REJ)<br>
    <b><br>
      1. Thème du colloque<br>
    </b>Sous la pression des changements technologiques, de
    l’accélération du temps de production, de circulation et de
    consommation de l’information, de la précarisation des conditions de
    travail, des transformations des routines productives et des
    relations avec les sources, le journalisme connaît des évolutions
    qui ne sont pas sans effet sur le statut, les carrières, les normes,
    les processus de production, et l’identité d’une manière générale.
    Ces changements suscitent des analyses distinctes. D’un côté, la
    rhétorique de la « crise » de la profession. De l’autre, des
    discours sur le rôle libérateur des technologies, de la
    multiplication des espaces d’activité du journaliste. Ce double
    discours (crise et renaissance) est une constance de la construction
    de l’identité professionnelle des journalistes, même si ce trait ne
    leur est pas propre. La sociologie des professions a montré en effet
    que les identités des groupes se construisent dans la dialectique de
    la permanence et du changement, des anciens et des modernes, du
    chaos et du renouveau. Par contre, les journalistes ont une
    construction identitaire originale par rapport aux autres groupes
    professionnels : elle est fondée sur la morale. Cela s’explique par
    le fait qu’ils n’ont pas un domaine exclusif, ni un savoir technique
    spécifique. Les journalistes ont été très actifs pour objectiver des
    frontières et des compétences propres, mais ils ont échoué et les
    transformations du champ professionnel et médiatique le montrent
    chaque jour. D’où l’importance très actuelle de la morale, du
    discours déontologique, comme modalité identitaire : "tout le monde
    peut faire du journalisme, mais seuls les journalistes ont la morale
    professionnelle pour garantir la qualité", entend‐on à chaque fois
    que l’espace de l’activité d’information s’étend. C’est un discours
    typiquement communautaire et qui est à l’opposé de l’universalisme
    passé quand les journalistes croyaient à la transculturalité de la
    déontologie, sans vouloir observer que les normes sont définies par
    la relation, donc forcément marquées par le local. C’est là que le
    lien se joue, entre identité et éthique : la morale est
    contextuelle, et cette assertion est dialectique (la morale est
    travaillée par le contexte, et inversement). Cette relation peut
    être observée par diverses entrées, dont le statut, la carrière, les
    processus de production. L’objectif de ce colloque est de poursuivre
    les discussions sur la permanence et les changements structurels
    dans le journalisme, initiées à l’Université de Brasilia en 2011, en
    les focalisant désormais sur l’étude du rapport (et de la
    transformation de ce rapport) entre les normes professionnelles (la
    déontologie collective, l’éthique individuelle) et l’identité des
    journalistes (incarnée dans le statut, les carrières et les routines
    de production), thème central de ce Colloque international
    Changements structurels dans le journalisme – Mejor 2013.
    Professeurs et chercheurs de tous horizons sont invités, à
    l’Université fédérale du Rio Grande du Norte, dans la ville de
    Natal, à débattre de cette thématique qui sera examinée à travers
    trois principaux axes :<br>
    <br>
    1°) Les changements dans le statut du journaliste. L’émergence de
    nouveaux dispositifs technologiques (web 2.0, tablettes,
    smartphones), l’élargissement des fronts d’activité des journalistes
    (l’enseignement, la communication des organisations, le
    divertissement médiatique), les changements dans la structure des
    médias (les rédactions intégrées, les plateformes de production),
    pourraient avoir des effets sur le statut du journaliste. Les
    communications proposées pourront étudier les transformations qui
    affectent le groupe professionnel en luimême, les représentations de
    l’identité (des journalistes et des autres acteurs sociaux), les
    organisations de travail et les processus de circulation des biens
    médiatiques, en se saisissant des questions suivantes : en quoi les
    évolutions statutaires impliquent des normes nouvelles, et/ou
    comment les nouvelles valeurs transforment les statuts ? Les lois,
    les jurisprudences, les applications administratives, les
    définitions des emplois, les organisations du travail, les cursus de
    formation, changent : quelles conséquences ces évolutions ont‐elles
    sur les normes morales ? A l’inverse : la place des publics, la
    compétence des sources en communication, la spectacularisation du
    discours médiatique, le rapport au temps, ont‐ils des effets
    statutaires ?<br>
    <br>
    2°) Les changements dans les carrières des journalistes. Certaines
    études de sociologie des professions appréhendent les carrières
    comme le résultat d’une relation entre la trajectoire individuelle
    et la dimension collective du monde social. Des facteurs d’ordres
    symbolique, économique et social délimiteraient les modalités
    d’accès et d’ascension à l’intérieur d’un espace laborieux. Si
    effectivement les carrières sont le résultat d’une relation entre
    les dimensions individuelles et collectives, cela veut dire que les
    trajectoires individuelles peuvent avoir une incidence sur les
    représentations et modalités sociales collectives. Inversement, les
    conceptions dominantes travaillent nécessairement les parcours
    personnels. Les travaux proposés pour cet axe pourront se saisir des
    préoccupations suivantes : aujourd’hui, les carrières semblent plus
    qu’autrefois poreuses (transfert avec d’autres métiers),
    discontinues, difficiles au début, interrompues prématurément, et
    parallèles (pratiques multiples en même temps). Cet état de fait
    a‐t‐il un effet sur les normes ? Comment les normes déontologiques
    et éthiques sont‐elles maintenues ou différentes d’un espace/temps à
    l’autre ? Avoir une rigueur (ou pas) dans l’application (ou le
    discours) de la morale a‐t‐il des conséquences en terme de carrière
    ? Pourront aussi être proposés des travaux sur les mutations des
    modalités d’accès et la mobilité à l’intérieur de la profession, de
    même que sur la gestion des carrières professionnelles dans et par
    les relations que les journalistes établissent entre eux et d’autres
    acteurs sociaux (sources, publics, intellectuels, politiques,
    éditeurs, universitaires).<br>
    <br>
    3°) Les changements dans les routines de production. Les normes sont
    relationnelles, elles sont une transaction et le résultat des usages
    transactionnels. Autrement dit, hormis quelques valeurs qui sont
    ontologiquement définies par l’activité (un médecin a de la
    compassion parce qu’il soigne, un journaliste a le respect de la
    vérité parce qu’il informe), les normes morales sont contextuelles.
    Or le cadre de travail des journalistes change : avec des
    entreprises soumises aux fusions, à la flexibilité, l’accélération
    et le caractère éphémère des processus de travail, des fonctions
    productives disparaissent quand d’autres activités se trouvent
    concentrées sur un même professionnel. Les convergences
    technologiques ont pour effet la fusion de postes de travail hier
    distincts. La mobilité et l’ubiquité des technologies entraînent
    l’augmentation des heures et la disparition des limites de l’espace
    de travail. La fragmentation et la discontinuité des contenus
    informationnels, et l’obligation croissante qu’ils soient
    multimédias, imposent d’autres rythmes au processus de production du
    journaliste. Echappant à une approche normative de la relation entre
    identité et normes (« le bon et mauvais journaliste ») et les
    réflexions sur « la qualité de l’information », ce thème s’ouvre à
    des études qui cherchent à lier la transformation des normes
    professionnelles (les énoncés déontologiques, les espaces
    délibératifs) aux changements dans l’organisation sociale et
    économique de la production journalistique (les routines
    productives, les usages techniques, les acteurs impliqués). Les
    travaux doivent être soumis sur le site <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="http://www.mejor.com.br">www.mejor.com.br</a><br>
    <br>
    <b>2. Calendrier</b><br>
    Envoi du résumé de la communication (3.000 à 6.000 signes) 15
    novembre 2012<br>
    Annonce des travaux sélectionnés 21 décembre 2012<br>
    Envoi du texte (de 30.000 à 40.000 signes) 20 février 2013<br>
    Publication des actes du colloque mai 2013<br>
    Réalisation du colloque 7 au 10 mai 2013<br>
    Journée « Regards croisés » (REJ) 10 mai 2013<br>
    <br>
    <b>3. Règles de soumission</b><br>
    Sont acceptés les travaux d’auteur individuel ou collectif. Au moins
    un des auteurs de l’article devra être titulaire d’un doctorat.<br>
    Le(s) auteur(s) devront transmettre un résumé de la communication
    qu’ils proposent, dans un texte de 6000 signes (indiquant la
    problématique, la méthode, le terrain ou corpus, la bibliographie de
    référence)<br>
    Après accord du comité scientifique, le(s) auteur(s) devront
    transmettre le texte complet de l’article formaté de la manière
    suivante :<br>
    ‐ ‐ Entre 30 et 40.000 caractères (espaces compris). Doivent être
    inclus les notes et références bibliographiques, le résumé (dix
    lignes), les mots‐clé (trois à cinq), la présentation de l’auteur
    (trois lignes), les intertitres.<br>
    ‐ L’article devra être présenté en police Time New Roman, corps 12,
    interligne 1,5.<br>
    Les citations longues seront en corps 10 et interligne 1.<br>
    Les travaux seront nécessairement inédits. Ils ne devront pas avoir
    été publiés dans quel que support que ce soit, ni présentés dans un
    autre colloque ou séminaire.<br>
    Chaque auteur pourra soumettre un article, individuel ou collectif.<br>
    <b><br>
      4. Processus de sélection et critères de sélection.</b><br>
    Les travaux seront évalués par un comité scientifique. Chaque
    travail présenté sera évalué par trois lecteurs, à l’aveugle. Les
    critères de sélection seront :<br>
    -  Originalité du travail<br>
    -  Lien avec le domaine d’étude<br>
    -  Adéquation avec la thématique<br>
    -  Champ et pertinence de la bibliographie utilisée<br>
    -  Adéquation théorique et méthodologique<br>
    -  Clarté, cohérence et respect des exigences de la littérature
    scientifique<br>
    <b><br>
      5. Financement des coûts et voyage et de séjour</b><br>
    Les auteurs sont invités à se tourner vers leurs institutions et les
    organismes subventionnaires pour financer les coûts de participation
    au colloque. Les chercheurs dont la communication sera sélectionnée
    pourront solliciter un appui pour les dépenses de séjour et
    transport (exceptés aériens) auprès du Comité d’organisation. Ils
    devront pour cela prendre contact avec le Comité qui évaluera leur
    demande au regard des ressources disponibles.<br>
    <b><br>
      6. Publication des travaux Les travaux acceptés et présentés
      durant ce colloque seront publiés en ligne sous forme d’actes, sur
      le site du colloque </b><a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.mejor.com.br/">http://www.mejor.com.br/</a>. Par la suite,
    la commission scientifique du colloque, en partenariat avec le
    comité éditorial de la revue Brazilian Journalim Research (BJR),
    étudiera la publication d’une sélection de travaux dans un dossier «
    Journalisme et identité » prévu au second semestre 2013.<br>
    <b><br>
      7. Journée d’étude « Analyse des terrains différenciés dans les
      études sur le journalisme ».</b><br>
     La programmation générale du colloque propose par ailleurs une
    journée d’étude méthodologique portant sur l’Analyse de terrains
    différenciés dans les études sur le journalisme. Cette journée, la
    sixième du genre, est organisée par le Réseau d’études sur le
    journalisme (REJ) dans le cadre du cycle « Regards croisés sur les
    enjeux contemporains du journalisme », avec la participation
    d’invités internationaux. La journée sera consacrée à une discussion
    méthodologique et interdisciplinaire sur les modalités d’analyses
    comparatives dans les études sur le journalisme. La réflexion
    portera sur les études comparées entre territoires nationaux ou
    régionales, mais aussi sur les modalités de la comparaison entre des
    études centrées sur des supports médiatiques différents, et enfin
    sur les enjeux méthodologiques des analyses diachroniques sur des
    époques historiques hétérogènes. L’organisation de la journée est
    sous la responsabilité de Florence Le Cam (Université libre de
    Bruxelles, Belgique) et de Fabio Henrique Pereira (Université de
    Brasilia, Brésil). Tous les participants au colloque MEJOR seront
    invités à participer à cette journée d’échange international sur la
    méthodologie de la recherche.<br>
    <b><br>
      8. Comité d’organisation et comité scientifique</b><br>
    Au Brésil, l’organisation du colloque est coordonnée par : Kênia
    Maia, Universidade Federal do Rio Grande do Norte (Brésil)<br>
    Côté francophone, sont correspondants pour l’organisation du
    colloque et les travaux du comité scientifique Florence le Cam
    (Chaire de journalisme, Université libre de Bruxelles) et Denis
    Ruellan (CRAPE, Université de Rennes 1).<br>
    Le comité scientifique est coordonné par Fabio Henrique Pereira,
    Universidade de Brasília (Brésil).<br>
    Il est composé de :<br>
    Anabela Gradim, Universidade da Beira Interior (Portugal) Ana
    Carolina Rocha Pessoa Temer, Universidade Federal de Goiás (Brasil)
    Antonio Lopez Hidalgo, Universidad de Sevilha (Espagne) César
    Bolaño, Universidade Federal de Sergipe (Brésil) Colette Brin,
    Université Laval de Québec (Canada) Claudia Quadros, Universidade
    Tuiuti do Paraná (Brésil) Claudia Mellado, Universidad de Santiago
    (Chili) Denis Ruellan, Université de Rennes 1 (France) Federico
    Subervi, Texas State University‐San Marcos (Etats‐Unis) Fernando
    Oliveira Paulino, Universidade de Brasília (Brésil) Florence Le Cam,
    Université libre de Bruxelles (Belgique) Francisco Karam,
    Universidade Federal de Santa Catarina (Brésil) François Demers,
    Université Laval de Québec (Canada) François Heinderyckx, Université
    libre de Bruxelles (Belgique) José Ricardo Carvalheiro, Universidade
    da Beira Interior (Portugal) Josimey Costa da Silva, Universidade
    Federal do Rio Grande do Norte (Brésil) Liziane Soares Guazina,
    Universidade de Brasília (Brésil) Maria das Graças Pinto Coelho,
    Universidade Federal do Rio Grande do Norte (Brésil) Marialva Carlos
    Barbosa, Universidade Federal do Rio de Janeiro (Brasil)
    Marie‐Soleil Frère, Université libre de Bruxelles (Belgique) Mozahir
    Salomão Bruck, Pontifícia Universidade Católica de Minas (Brésil)
    Pere Masip, Universitat Ramon Llull (Espagne) Roselyne Ringoot, IEP
    de Rennes (France) Vincent Goulet, Université de Lorraine (France)
    William Spano, Université Lyon II (France) 9. Contact avec
    l’organisation du colloque Pour le Brésil : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:mejor2013@gmail.com">mejor2013@gmail.com</a>.
    Pour les francophones : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:flecam@ulb.ac.be">flecam@ulb.ac.be</a>
    denis.ruellan@univ‐rennes1.fr Organisation : Partenaire : Appui :
    Patronage : Organisation Programa de Pós‐Graduação em Estudos da
    Mídia da Universidade Federal do Rio Grande do Norte (UFRN) e
    Departamento de Comunicação Social da Universidade do Estado do Rio
    Grande do Norte (UERN) Partenaires Departamento de Comunicação
    Social da UFRN Faculdade de Comunicação da Universidade de Brasília
    (UnB) Réseau d’études sur le journalisme (Rede de Estudos sobre o
    Jornalismo/REJ) Appuis ALAIC : Asociación Latinoamericana de
    Investigadores de la Comunicación Intercom : Sociedade Brasileira de
    Estudos Interdisciplinares da Comunicação Compós : Associação
    Nacional dos Programas de Pós‐Graduação em Comunicação SBPJor :
    Associação Brasileira de Pesquisadores em Jornalismo LABCOM/UBI :
    Laboratório de Comunicação Online/ Universidade da Beira Interior
    (Portugal) Patronage Fapern : Fundação de Apoio à Pesquisa do Estado
    do Rio Grande do Norte.<b><br>
    </b><br>
    <br>
    <a
href="http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-communication-2o-Colloque.html">http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-communication-2o-Colloque.html</a><br>
    <br>
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE<br>
    </b><br>
    <pre class="moz-signature" cols="72">-- 
Karine Guénette
Responsable de projet
Pôle Francophonie Universitaire
Agence universitaire de la Francophonie
Case postale du Musée C.P. 49714
Montréal, (Québec) H3T 2A5 Canada
Tél: +1 514 343 6630 poste 5098
Fax: +1 514 343 5783</pre>
  </body>
</html>