<!DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN">
<html>
  <head>

    <meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=ISO-8859-1">
  </head>
  <body bgcolor="#ffffff" text="#000000">
    <b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO<br>
      <br>
      Appel à contributions Colloque SHESL/HTL 2013<br>
      <a class="moz-txt-link-freetext" href="http://www.shesl.org/rubrique.php3?id_rubrique=73">http://www.shesl.org/rubrique.php3?id_rubrique=73</a><br>
      Écriture(s) et représentations du langage et des langues</b><br>
    <br>
    Julie Lefebvre, Université de Lorraine, CREM (EA 3476).<br>
    Christian Puech, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, HTL
    (UMR 7597).<br>
    <br>
    Ce titre en forme de chiasme peut s’entendre en deux sens :
    l’écriture comme représentation de la langue/ la place des
    représentations de l’écriture dans la description linguistique.
    Premier des « outils linguistiques », première « révolution
    technologique » dans le registre des arts du langage (Auroux 1994),
    l’écriture apparaît en effet comme la condition même de l’activité
    métalinguistique qui aboutit dans l’histoire des idées linguistiques
    à la grammatisation des langues, aux théorisations du langage et des
    langues, à la naissance des traditions. D’un autre côté, les
    descriptions linguistiques ont pu au cours de l’histoire et dans des
    contextes culturels variés accorder à l’écriture une attention
    spéciale. Laquelle ? Pour son édition 2013, le colloque annuel
    SHESL/HTL souhaite revenir sur cette condition – purement empirique
    – du développement de traditions métalinguistiques certes diverses,
    mais qui partagent cet enracinement dans des systèmes de notations
    de la parole. L’objectif du colloque serait donc de revenir sur les
    représentations que donnent de leur condition de possibilité
    (l’écriture) les traditions grammaticales et linguistiques à des
    époques et dans des lieux différents.<br>
    <br>
    Trois axes principaux pourraient être envisagés :<br>
    1) La langue, l’écrit, le texte<br>
    - L’histoire de l’écriture (J. Février, M. Cohen, I. Gelb...)
    peut-elle tenir lieu de théorie de l’écriture ?<br>
    - Dans quelle mesure les descriptions grammaticales/linguistiques
    tiennent-elle compte de la différence oral/écrit ?<br>
    - Quel rapport entre unités linguistiques et unités graphiques ?<br>
    - Le phonème est-il un artefact, produit de la transposition
    graphique de la parole ?<br>
    - Dans quelle mesure la prise en compte des propriétés des espaces
    graphiques (supports, mises en page, matérialité de la mise en
    texte, etc.) fait-elle partie de la description linguistique ?<br>
    <br>
    2) Diversité des systèmes d’écriture et des systèmes linguistiques<br>
    - Diversité linguistique et diversité des systèmes d’écriture
    (emprunts, adaptations, changements...).<br>
    - Typologies linguistiques et typologies des systèmes d’écriture.<br>
    - Comment évolue une langue écrite qui n'est plus parlée ?<br>
    <br>
    3) Anthropologie, archéologie, histoire<br>
    - Que nous apprennent l’anthropologie, l’archéologie, l’histoire...
    de l’écriture quant à l’émergence d’une conscience métalinguistique
    explicite ?<br>
    - Quelles différences entre graphismes (dessins, signes graphiques,
    peintures pariétales...) et écritures ?<br>
    - Que change le « passage à l’écrit » d’une langue parlée ?<br>
    - En quoi et comment les pratiques de transmission/ acquisition de
    la literacy (ou « litteratie », selon les Québéquois) ont-elles
    donné une impulsion à l’émergence de la grammaire ou contribué à
    leur développement. Sous quelle forme ?<br>
    <br>
    Dans ce cadre général, on s’intéressera aux travaux (grammaires,
    traités, manuels, essais) consacrés à la description et/ou à la
    théorisation de la langue et permettant d’appréhender, directement
    ou non, un travail de description et/ou de théorisation de
    l’écriture.<br>
    Si les structuralismes linguistiques ont permis de faire émerger une
    partie de ces questions hors du privilège exclusif accordé
    auparavant à l’histoire de l’écriture, il nous semble intéressant de
    faire dialoguer le traitement de la question de l’écriture avec
    d’autres moments et d’autres traditions de<br>
    théorisation s’ancrant dans d’autres systèmes d’écriture
    (logographiques, pictographiques, syllabiques, hiéroglyphiques) et
    d’autres types de représentations.<br>
    Sans exclure a priori ni les questions concernant l’orthographe, ni
    celles concernant les processus d’acquisition de l’écrit, nous
    souhaitons que les propositions concernant ces questions s’intègrent
    dans cette problématique générale à la fois historique et
    épistémologique.<br>
    • Dates : 25-26 janvier 2013<br>
    • Lieu : Paris (salles à préciser)<br>
    Comité scientifique (à compléter) : Sylvie Archaimbault, Emilie
    Aussant, Jean-Louis Chiss, Franck Cinato, Bernard Colombat, Charles
    de Lamberterie, Béatrice Fraenkel, Jean-Patrick Guillaume, Julie
    Lefebvre, Christian Puech, Akira Terada <br>
    Comité d’organisation : Sylvie Archaimbault, Michèle Ballinger,
    Valentina Bisconti, Danielle Candel, Bernard Colombat, Jean-Patrick
    Guillaume, Julie Lefebvre, Jacqueline Léon, Valelia Muni-Toke,
    Christian Puech, Pascale Rabault-Feuerhahn<br>
    Merci de nous transmettre votre résumé avant le 20 juin 2012 (Objet
    : SHESL 2013). Réponses à partir du 15 juillet.<br>
    Le résumé, de 300 mots maximum, avec bibliographie et mots-clés est
    à envoyer à : <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:Christian.puech@univ-paris3.fr">Christian.puech@univ-paris3.fr</a> ,
    <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:Julie.lefebvre@univ-metz.fr">Julie.lefebvre@univ-metz.fr</a> , <a class="moz-txt-link-abbreviated" href="mailto:jleon@linguist.jussieu.fr">jleon@linguist.jussieu.fr</a><b><br>
      <br>
    </b><b>BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE
      FRAMONDE BRÈVE FRAMONDE BRÈVE FRAMO</b>
    <pre class="moz-signature" cols="72">
</pre>
  </body>
</html>